•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Premières Nations du Yukon face à la 2e vague de COVID-19

Un panneau souhaitant la bienvenue à Old Crow.

La municipalité d'Old Crow demande à ses habitants et aux visiteurs d'effectuer une quarantaine de 14 jours volontaire après que des membres de la communauté ont pu être exposés à la COVID-19 à Whitehorse.

Photo : Leonard Linklater/CBC

Après que le gouvernement yukonnais a annoncé de nouvelles restrictions cette semaine, dont l’implosion de la bulle de voyage qui le liait aux deux autres territoires et à la Colombie-Britannique, des Premières Nations tentent elles aussi d'assurer la sécurité des membres de leurs communautés.

À Old Crow, dans le nord du territoire, après que des membres de la communauté ont été possiblement exposés à des cas de COVID-19 à Whitehorse, la Municipalité demande à tous ses résidents et aux visiteurs de s’auto-isoler pendant 14 jours.

La nouvelle règle ne concerne cependant pas les travailleurs essentiels. Cette mesure est prise par excès de prudence , selon le chef des Vuntut Gwitchin, Dana Tizya-Tramm, qui affirme qu'au moins trois membres de la communauté d’Old Crow se sont trouvés dans des lieux qui ont potentiellement été exposés à la COVID-19.

Dana Tizya-Tramm affirme qu'à ce jour aucun résident n’a montré de symptômes pouvant s’apparenter au nouveau coronavirus. Il demande aussi aux visiteurs de se rendre dans la communauté uniquement si c'est pour des raisons essentielles.

Dana Tizya-Tramm à l'extérieur devant un cours d'eau sourit à la caméra.

Dana Tizya-Tramm est le chef de la Première Nation Vuntut Gwitchin, du village d'Old Crow, dans le nord du Yukon.

Photo : Radio-Canada / Jane Sponagle

La Première Nation Carcross/Tagish est, pour sa part, entrée jeudi dans le niveau 2 de son protocole COVID-19, et ce, parce que la communauté se trouve à moins de 200 km d’un lieu où une transmission communautaire de la maladie a été observée.

Tous les bâtiments appartenant à la Première Nation sont dorénavant fermés au public, et le masque est obligatoire pour tous les employés qui se trouvent dans des espaces non privés. En revanche, les employés continuent à travailler dans leurs bureaux, et tous les services essentiels sont maintenus.

Des totems devant un édifice avec des montagnes enneigées en arrière-plan.

La Première Nation de Carcross/Tagish a activé le niveau 2 de son plan COVID-19 jeudi.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Le gouvernement Kwanlin Dün, qui dit soutenir les dernières annonces du gouvernement territorial, a quant à lui adopté, vendredi, une nouvelle réglementation entourant le port du masque. Il devient obligatoire pour toutes les personnes se trouvant dans les bâtiments appartenant à la Première Nation.

Des communications numériques

Pour être sûr d’atteindre les plus jeunes personnes de la communauté, la Première Nation Champagne et Aishihik a pour sa part créé un badge « Be a Safe 6 Champion » sur Facebook que chacun peut appliquer à sa photo de profil pour montrer son engagement à respecter les mesures sanitaires.

Capture d'écran d'une photo de profil Facebook.

Le badge "Be a Safe 6 Champion!" de la Première Nation Champagne et Aishihik est désormais disponible pour les utilisateurs de Facebook.

Photo : Capture d'écran d'un utilisateur Facebook

Cette semaine, le Conseil des Premières Nations du Yukon a publié une vidéo sur YouTube rassemblant Dana Tizya-Tramm, Doris Bill, cheffe du conseil de la Première Nation Kwanlin Dün, et Eric Morris, chef du conseil de la Première Nation Teslin Tlingit.

Les trois dirigeants prient les Yukonnais de bien respecter les conseils de la santé publique pour rester en bonne santé et protéger leurs proches. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre l’un des membres de notre communauté ou un garant de notre savoir, conclut Dana Tizya-Tramm dans la vidéo qui dure un peu plus d’une minute (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Avec des informations de Mike Rudyk

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !