•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre le crime organisé au Yukon fait des progrès, selon la GRC

L'édifice de la GRC à Whitehorse.

La Division M de la Gendarmerie royale du Canada à Whitehorse a la responsabilité de tout le territoire du Yukon.

Photo : Radio-Canada / Chris Windeyer

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Yukon a annoncé jeudi avoir réussi à affaiblir « sérieusement » un réseau de trafic de drogue qu’elle croit relié au crime organisé en Colombie-Britannique.

L.Opération Muskrat, qui a débuté en 2017, a réuni les efforts de nombreuses équipes de la GRC, comme celle de la réduction du crime ou des crimes fédéraux, les détachements de la Colombie-Britannique ainsi que l’Agence du revenu du Canada.

De l'argent comptant dans des sacs en plastique sur une table.

Des quantités non spécifiées de drogues et 450 000 $ en argent comptant ont été saisis lors de la perquisition de l'Opération Muskrat.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

C’est une opération de grande envergure pour la GRC au Yukon , explique en entrevue le surintendant des opérations criminelles, Chan Daktari Dara.

On soupçonnait qu’il y avait des fraudes qui se déroulaient au niveau des taxes, [mais] ce n’est pas notre expertise. Donc, on a demandé l’assistance de l’Agence du revenu du Canada et aussi parce que ces gens-là avaient certaines connexions et faisaient affaire en Colombie-Britannique, on a aussi demandé l'assistance de la GRC [là-bas].

Chan Daktari Dara, surintendant des opérations criminelles

Arrestations et saisies multiples

Les trois ans d’enquête se sont conclus le 4 novembre dernier par de multiples perquisitions dans des résidences et des commerces de Whitehorse.

Cinq personnes soupçonnées d'être à la tête d’un réseau criminel ont été arrêtées, mais la GRC s’attend à procéder à d’autres arrestations.

Des drogues ont également été saisies, ainsi que des armes à feu, des biens volés et 450 000 $ en argent comptant.

Des armes à feu placées sur une table.

De nombreuses armes à feu prohibées ont été saisies dans le cadre des perquisitions du 4 novembre dernier.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Selon le surintendant des opérations criminelles, l’impact va bien au-delà du trafic de drogues.

Les crimes graves perpétrés avaient un impact négatif non seulement sur la population vulnérable du Yukon, mais aussi sur l’économie locale [avec des activités] de blanchiment d’argent.

Le crime organisé encore bien vivant

La lutte contre le crime organisé est une priorité de la GRC du Yukon par le biais du Conseil des services policiers du Yukon, qui établit avec le gouvernement territorial les directives entourant le travail du détachement au territoire.

On a eu un impact assez important pour interrompre les opérations de ce groupe-là, mais comme je le dis tout le temps, s’il y a une demande pour de la drogue au Yukon, il y aura tout le temps quelqu’un qui va vendre la drogue.

Chan Daktari Dara, surintendant des opérations criminelles
Chan Daktari Dara.

Le surintendant Chan Daktari Dara est le responsable des opérations criminelles de la Gendarmerie royale du Canada au Yukon depuis novembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Le surintendant affirme que, bien que l’Opération Muskrat ait frappé durement un réseau, d’autres organisations criminelles, particulièrement en Colombie-Britannique, mais également en Alberta ou en Ontario, ont les yeux sur le marché yukonnais.

On essaie de rester à l’avance de tout ça ou au moins rester informés de tout ça et de faire notre part pour essayer de les arrêter en faisant des enquêtes contre leurs groupes avec l’équipe de réduction du crime, conclut le surintendant.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !