•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défaits en Georgie, Trump et ses avocats poursuivent leur croisade

Donald Trump se tient devant une affiche de la Maison-Blanche.

Donald Trump s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche, le 20 novembre 2020.

Photo : Associated Press / Susan Walsh

Malgré le nouveau revers qu'il a encaissé en perdant la Georgie, où ses troupes ont tenté en vain de réfuter la légitimité des résultats, le président Donald Trump ne se démonte pas pour autant. Son équipe entend désormais concentrer ses efforts sur le Michigan et la Pennsylvanie, selon Reuters.

L’ensemble des bulletins de vote de l’État de Georgie a fait l’objet d’un recomptage, au terme duquel la victoire de Joe Biden a officiellement été confirmée vendredi.

Le secrétaire d’État, le républicain Brad Raffensperger, en a fait l’annonce, après avoir déjà indiqué la veille que Joe Biden recevait suffisamment de voix pour être nommé vainqueur de la course.

Le dernier dépouillement s’est soldé par la victoire du candidat démocrate avec une avance de 12 670 voix, sur un total de quelque 5 millions de bulletins. Le premier décompte le donnait aussi gagnant, avec 14 101 votes de plus que son adversaire républicain.

En soirée, vendredi, le gouverneur de Georgie, le républicain Brian Kemp, a signé les papiers officialisant la victoire de Joe Biden, tel que la loi l'exige. Le candidat démocrate remporte par le fait même les 16 grands électeurs de cet État.

Qu’à cela ne tienne, Donald Trump a remis en question les plus récents résultats, alléguant sur Twitter que le gouverneur et le secrétaire d’État de Georgie ont refusé de laisser [les observateurs républicains] regarder les signatures qui pourraient révéler des centaines de milliers de bulletins illégaux. Une déclaration qui lui a valu une mention du réseau social indiquant que ces allégations de fraude faisaient l’objet de contestations.

Aucune preuve n’a été fournie pour appuyer ses dires.

Le président refuse encore à ce jour de concéder la victoire à Joe Biden, deux semaines après que ce dernier eut pourtant été sacré vainqueur de la présidentielle. Le candidat démocrate a remporté 306 grands électeurs, contre 232 pour Donald Trump.

Tandis que Joe Biden se prépare en vue de son investiture, le 20 janvier prochain, le président poursuit sur sa lancée, multipliant les allégations de fraude sur les réseaux sociaux.

Jusqu’ici, les efforts de la campagne de Trump pour faire invalider les résultats ont connu peu de succès. Et sa dernière tentative, en Georgie, est d’autant plus difficile à avaler que l’État était d’allégeance républicaine depuis 1992.

Deux courses déterminantes dans la lutte pour la majorité au Sénat

Pendant ce temps, le vice-président Mike Pence a appelé les républicains à se rendre aux urnes pour faire élire David Perdue et Kelly Loeffler lors du deuxième tour des courses sénatoriales de la Georgie, qui aura lieu le 5 janvier. Les républicains et les démocrates se disputent toujours la majorité au Sénat américain.

Trump convie des élus du Michigan à Washington

Le président se tourne désormais vers d’autres États où il entend exiger de nouveaux recomptages, selon des sources citées par Reuters.

Le Michigan et la Pennsylvanie seraient les prochains en lice. Or, même dans l’éventualité d’un revirement de situation et d’une victoire de Trump dans ces deux États, il lui faudrait encore renverser les résultats d’un autre État pour obtenir la part du lion du Collège électoral qui lui permettrait d'être réélu, soit 270 grands électeurs.

Vendredi après-midi, Donald Trump a convié à la Maison-Blanche des élus du Michigan, le leader de la majorité républicaine au Sénat de l’État Mike Shirkey et le président de la Chambre des représentants Lee Chatfield.

Un homme qui retire son masque à l'effigie du drapeau américain marche entouré d'autres hommes.

Mike Shirkey, leader de la majorité républicaine au Sénat du Michigan, à son arrivée à la Maison-Blanche pour rencontrer le président Donald Trump.

Photo : Reuters / LEAH MILLIS

Selon Debbie Dingell, représentante du Michigan au Congrès, cette rencontre est totalement inappropriée.

Après leur entretien avec le président, MM. Shirkey et Chatfield ont toutefois indiqué qu'aucune information pouvant renverser le résultat au Michigan n'avait été portée à leur attention.

« Une situation juridique sans issue »

Les avocats du président soutiennent que la Constitution américaine confère aux gouvernements des États, et non pas aux gouverneurs ni aux secrétaires d’État, le pouvoir ultime de nommer les grands électeurs. Comme de fait, les républicains détiennent le pouvoir au Michigan, en Pennsylvanie et au Wisconsin.

Ces trois États, remportés par Donald Trump en 2016, ont plutôt choisi d'élire Joe Biden lors de la présidentielle du 3 novembre.

Bien que plusieurs aient tiré la sonnette d’alarme en voyant les efforts du président américain pour saper la volonté des électeurs américains, la campagne de Joe Biden ne semble pas s'en inquiéter. Selon un conseiller juridique du président désigné, l’équipe de Trump se trouve dans une situation juridique sans issue.

Dans l’histoire de notre pays, aucun État n’a jamais fait ce que Donald Trump tente de faire au Michigan, c’est-à-dire ignorer les résultats du vote.

Bob Bauer, conseiller juridique de la campagne de Joe Biden

Même si aucune irrégularité majeure n’a été signalée à ce jour, de nombreux républicains se rangent derrière le président Trump ou se font discrets. Seuls quelques-uns, dont le sénateur Mitt Romney, ont osé dénoncer les agissements du président.

Joe Biden doit officiellement être consacré vainqueur par le Collège électoral le 14 décembre prochain.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !