•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles restrictions du Manitoba sont « incroyables », selon la Dre Theresa Tam

Theresa Tam à Ottawa avec des drapeaux canadiens derrière elle.

« Je m’attends à voir des changements [...] Nous savons comment le virus se transmet. C’est à travers les interactions. Quand on commence à les limiter, je m’attends à voir quelques-unes de ces courbes s’aplatir », indique Theresa Tam en conférence de presse en parlant du Manitoba.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, croit que les nouvelles restrictions sanitaires du Manitoba représentent un pas dans la bonne direction. Elle admet toutefois que cela prendra du temps avant de voir les résultats de ces nouvelles mesures.

La province interdit la vente de produits non essentiels dans les magasins à grande surface et tout contact avec des personnes de foyers différents dans la même maison, à quelques exceptions près.

Theresa Tam est rassurée de voir des directives comme celle de restreindre les contacts aux personnes vivant dans le même foyer. Elle pense que cette mesure permettra de ralentir la propagation de la COVID-19.

Nous avons vu une augmentation des restrictions sanitaires. Je mentionne le Manitoba parce que la province a mis en place des restrictions supplémentaires incroyables, a déclaré la Dre Theresa Tam, en conférence de presse, vendredi.

Bien sûr, cela va demander un peu de temps pour voir si cela à un impact positif, a admis Mme Tam.

Je m’attends à voir des changements parce que, si on regarde l’Europe, on sait comment le virus se transmet. C’est à travers les interactions. Je m'attends à ce que, une fois qu'elles commencent à être limitées, quelques-unes des courbes s’aplatissent.

Une des nouvelles restrictions de la province est l'interdiction pour les commerces de vendre des produits définis comme non essentiels à partir de samedi. Dans la majorité des cas, on pourra toujours se procurer ces produits en ligne ou aller les chercher à l'extérieur du commerce.

Cette nouvelle ordonnance entre en vigueur au moment où le médecin hygiéniste en chef de la province, Brent Roussin, supplie les Manitobains de changer de comportements.

Nous devons vraiment faire ce changement radical, comme au printemps, pour réduire le nombre de nos contacts.

Brent Roussin, médecin hygiéniste en chef du Manitoba

Il est surpris de voir des Manitobains contrevenir aux restrictions provinciales.

Les travailleurs de la santé publique pleurent pour obtenir de l’aide. Ils disent que les hôpitaux ou les salles d’urgence sont remplis au maximum. Alors, quand nous avons vu les magasins remplis durant la fin de semaine dernière, nous étions vraiment inquiets, déclare-t-il.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, le Dr Brent Roussin, et l'infirmière en chef de Soins communs, Lanette Siragusa, en conférence de presse.

En date du vendredi 20 novembre, la province annonce un taux de positivité sur cinq jours à 13,7 %.

Photo : Radio-Canada

« Des chiffres inquiétants », dit Brent Roussin

Le Manitoba demeure la province avec le plus haut taux de cas de COVID-19 pour 100 000 habitants au pays. La province annonce 9 morts en plus ce qui fait un total de 207 depuis le début de la pandémie.

Brent Roussin espère voir le taux de positivité descendre bientôt grâce à la mise en place des nouvelles restrictions.

En date du vendredi 20 novembre, le taux de positivité sur cinq jours indique 13,7 % à l’échelle provinciale.

Nous avons besoin de voir des chiffres beaucoup plus bas. Nous n’avons pas d’autres choix que de voir des restrictions généralisées et radicales pour diminuer le nombre de contacts de tout le monde.

Brent Roussin, médecin hygiéniste en chef du Manitoba

Le médecin hygiéniste en chef indique que les restrictions sanitaires devront rester en place tant et aussi longtemps que la province ne verra pas se dessiner une baisse du nombre de cas de COVID-19 et une indication claire qu'elles ont porté leurs fruits. Une opinion d’ailleurs partagée par la Dre Tam.

Nous avons vu certaines juridictions mettre les freins, a-t-elle déclaré.

Mais nous ne pouvons pas relâcher les freins trop rapidement, à moins que nous ne soyons absolument certains que d'autres mesures ont été mises en place pour contrôler ou limiter la propagation.

Avec les informations de CBC/Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !