•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme pose avec un livre.

Yvan Tremblay pose fièrement avec son ouvrage.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Après avoir surmonté différentes embûches, Yvan Tremblay de Val-Rita se raconte dans une autobiographie, Le Chêne.

Chaque page accompagnée d’une photo raconte un épisode marquant de sa vie comme la différence, la tolérance ou encore la perte d’un proche.

À travers son récit, il s’incarne dans un chêne, un arbre dont il voue une profonde admiration. Pour moi, le chêne c’est un arbre qui est fort, c’est un arbre qui résiste à toutes les intempéries et que tu ne peux pas perdre par terre facilement, précise Yvan, qui a vécu une enfance difficile à Val-Rita.

En 1968, le sort s'acharne sur la famille Tremblay alors que la figure paternelle du clan est tuée dans un terrible accident de la route. Yvan sera élevé par une mère monoparentale dans la pauvreté.

Ce n’était pas drôle parce que ma mère était seule avec 5 petits gars à la maison. On s’habillait dans les boîtes de linge, se souvient-t-il.

Un homme lit un livre devant une pierre tombale.

À la veille du lancement de son livre, Yvan Tremblay a vécu un grand moment en allant lire un de ses textes devant la pierre tombale de son père.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Les moqueries s’accentuent à l’école primaire alors qu’il est dyslexique, un trouble non diagnostiqué en 1960.

Il explique que la dyslexie n'avait pas de nom. T’étais juste niaiseux. J’écrivais de la main gauche, on me battait aussi pour ça. Un jour l’institutrice à Val-Rita m’a dit : "Dans la vie, vous allez être des bons à rien".

L’homme a trouvé un moyen de réussir en devenant l’un des contracteurs les plus en demande de la région de Val-Rita.

Un homme coupe une planche de bois.

Yvan reprend tranquillement son métier de contracteur.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

En novembre 2018, la vie l’écorche de nouveau. Alors qu’il traversait la rue à pied, un camion le happe de plein fouet. Ses blessures font qu'il devient inapte à retourner au travail.

Il embauchera une entraîneuse personnelle, Kaylee Wedge, afin de retourner sur les chantiers de construction. Un éclair d’inspiration lui vient dans la maison d’un de ses clients à Val-Rita, à quelques pas de sa concession natale.

Puis, l’écriture devient sa thérapie. C’est toujours plus facile de te fermer et ne pas dire un mot et juste partir. Personne n’aurait su mon chemin et les épreuves de la vie que j’ai vécues sont dans mon livre, raconte avec beaucoup d’émotion celui qui cachait sa peine à travers son personnage de boute-en-train.

Aujourd’hui, l’ouvrier écrivain est maintenant à l’écriture d’un deuxième tome. Son inspiration lui vient souvent alors qu’il tient un marteau dans ses mains.

J’ai pu recoudre chaque morceau de mon histoire, tout se tient maintenant.

L’homme de 63 ans prépare aussi un livre audio afin que les personnes âgées inaptes à lire puissent consommer ses textes en écoutant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !