•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un documentaire sur l’état du cinéma au Québec

Une jeune fille est debout sur un vélo conduit par un garçon et crie

Une scène du film «La déesse des mouches à feu», d'Anaïs Barbeau-Lavalette

Photo : courtoisie Festival de cinéma de la ville de Québec

Radio-Canada

Le cinéma québécois a été touché de plein fouet par la pandémie. Les tournages ont été suspendus et les salles ont fermé. Cette dure réalité a encouragé la chroniqueuse culturelle Catherine Beauchamp à réfléchir sur l'industrie du cinéma d'ici dans le documentaire Notre cinéma en quarantaine.

Au début de l’année 2020, elle était censée suivre des cinéastes du Québec qui rayonnent dans le monde. Son projet a toutefois été bousculé par la pandémie qui a provoqué la fermeture de la planète cinéma après le seul festival qui s’est tenu en 2020, celui de Berlin en février.

Catherine Beauchamp est allée à Berlin, car deux films québécois y étaient présentés : My Salinger Year et La déesse des mouches à feu. Finalement, la sortie du premier a été reportée, et le deuxième n’est resté que quelques jours en salle en raison de l’arrivée de la deuxième vague et de la fermeture des cinémas.

Catherine Beauchamp enrichit sa réflexion avec les réalisateurs Philippe Falardeau, Yan England, Pascal Plante, les réalisatrices Anaïs Barbeau-Lavalette et Sophie Dupuis, et le journaliste Marc-André Lussier. Ils et elles discutent de la santé du cinéma québécois avant, pendant et après la pandémie.

La femme tient un masque de ses deux mains devant son visage.

La chroniqueuse culturelle Catherine Beauchamp a conçu et anime le documentaire «Notre cinéma en quarantaine».

Photo : Martin Girard Shoot Studio

Notre cinéma en quarantaine sera diffusé sur ICI ARTV le 14 décembre à 20 h et sur ICI Télé le samedi 9 janvier à 22 h 30.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !