•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès difficile à de l’aide psychologique pour les patients atteints du cancer

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux personnages de bois se réconfortent.

86 % des membres de l'Ordre des psychologues du Québec ont observé une hausse de la détresse psychologique chez leurs patients depuis le printemps dernier.

Photo : iStock

Radio-Canada

Avec les demandes d’aide psychologique qui sont en hausse chez les patients atteints du cancer, les listes d’attente s’allongent. Il est donc de plus en plus difficile d’obtenir du soutien.

L’organisme d’accompagnement sherbrookois la Rose des vents offre un service d'aide psychologique pour les patients et leurs proches.

Pour pouvoir répondre à la demande exacerbée par la COVID-19, sa direction a dû procéder à l’embauche d’une autre personne.

On avait une liste d’attente tellement longue que quand on est arrivés à certains noms, il y avait des gens qui étaient décédés avant qu’on puisse les aider se désole Caroline Guillette, directrice générale de l’organisme.

On a des gens qui s’étaient inscrits comme proches aidants pour recevoir de l’aide psychologique, qui finalement avaient changé de statut et étaient devenus des gens endeuillés [avant de recevoir de l’aide], ajoute-t-elle.

Elle espère obtenir du financement pour pouvoir encore plus augmenter les capacités d'aide psychologique de la Rose des vents.

Pas capables de réagir suffisamment vite

La députée de Sherbrooke de Québec solidaire Christine Labrie se dit sensible à la réalité des personnes touchées par ces difficultés.

Ça me brise le cœur d’entendre ça [...]. Ça veut dire qu’on n’est pas capables de réagir suffisamment vite.

Christine Labrie, députée de Sherbrooke de Québec solidaire

C’est vrai pour les services offerts par le réseau [de la santé], et ça devient de plus en plus vrai pour les services offerts par le milieu communautaire aussi, car le financement n’est pas à la hauteur des besoins, souligne-t-elle.

Elle invite les familles touchées par ce genre de situation à contacter son équipe pour qu’elle puisse intervenir et trouver des moyens de les soutenir.

D'après les informations de Brigitte Marcoux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !