•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La « paramédecine communautaire » permet de réduire les transports ambulanciers

Deux ambulanciers et une femme couchée sur une civière.

Sur 245 visites paramédicales à domicile en six mois, 54 % n'ont pas nécessité de transport à l'hôpital.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Un projet qui permet d'éviter le déplacement de personnes âgées en ambulance vers les urgences d'hôpitaux, lorsqu'il n'y a pas de véritable urgence, a connu tellement de succès qu'il sera bientôt étendu.

C'est un projet de paramédecine communautaire qui a été implanté en janvier 2020 au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre. Au départ, il ne concernait que les personnes âgées de 65 ans et plus qui appelaient le 911 de leur domicile ou d'une résidence privée pour aînés.

Le principe veut que, plutôt que de dépêcher automatiquement une ambulance à chaque appel au 911 et de diriger cette ambulance vers l'urgence d'un hôpital, quelle que soit la réelle urgence du problème de santé, on pourra dépêcher un « paramédical communautaire ».

Celui-ci se rendra au domicile du patient dans un véhicule de fonction plutôt que dans une ambulance.

Il évaluera alors le patient et il pourra communiquer avec une infirmière au soutien à domicile. Un médecin pourra aussi participer à l'évaluation.

L'infirmière pourra se déplacer à son tour, si nécessaire, ou proposer au patient de se rendre à une clinique, et elle prendra rendez-vous pour lui. Le patient aura le choix d'accepter ou de refuser d'être pris en charge en dehors du cadre de l'urgence hospitalière.

En fin de compte, plus d'ambulances pourront être réservées aux véritables urgences, ce qui permettra d'économiser des ressources humaines et des ressources financières.

Le projet s'est même autofinancé en quelques mois, puisqu'un patient sur civière suppose des coûts assez élevés, a souligné Lyne Marquis, du CISSS de la Montérégie-Centre.

Jérémy Ménard, de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie – l'autre partenaire du projet – souligne que 10 paramédicaux communautaires intégrés ont reçu une formation spécialisée pour agir dans le cadre du projet.

Des résultats concluants

Le projet a connu tellement de succès qu'il sera étendu aux patients de 50 ans et plus et au territoire du Haut-Richelieu, a précisé Mme Marquis.

Après six mois de ce projet de démonstration, sur 245 visites faites, 54 % n'ont pas nécessité de transport à l'urgence, a relaté Mme Marquis. Et 98 % des patients se sont dits satisfaits de la visite et de la prise en charge.

Le projet touchait Brossard, Greenfield Park, Lemoyne, Saint-Hubert et Saint-Lambert, soit un bassin de 217 950 personnes, dont 42 850 âgées de 65 ans et plus.

M. Ménard, quant à lui, décrit le projet comme une véritable révolution pour notre milieu ambulancier, avec une relation de proximité qui s'installe entre notre personnel et notre clientèle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !