•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de l’aide d’urgence : Mnuchin dément vouloir « entraver » le travail de Biden

Un homme qui porte des lunettes lèvent les deux mains devant lui, comme pour calmer une salle trop bruyante.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, insiste sur le fait que le Congrès avait déjà prévu que certains programmes d'aide prendraient fin en décembre 2020.

Photo : Getty Images / Mark Wilson

Radio-Canada

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a démenti vendredi avoir voulu mettre des bâtons dans les roues du président désigné Joe Biden en refusant de prolonger les programmes d’aide d’urgence mis en place lors de la première vague de COVID-19.

Les fonds destinés à ces programmes de prêts, qui sont notamment administrés par la Réserve fédérale américaine (Fed), ne sont pas utilisés à leur plein potentiel, a plaidé M. Mnuchin. Ces sommes devraient être réorientées vers les petites entreprises, mises à mal par la crise économique, et utilisées comme prestations d’assurance-emploi, a-t-il défendu.

Nous ne tentons pas d’entraver quoi que ce soit, a-t-il déclaré vendredi en entrevue à CNBC, répondant ainsi aux critiques formulées à son endroit depuis la veille.

Il n'est pas question d'enjeux politiques. C'est très simple [...]. Nous suivons la volonté du Congrès, a-t-il affirmé, en faisant référence aux termes en vertu desquels ces programmes ont été adoptés en mars dernier.

Dans un message envoyé jeudi au président de la Fed, Jerome Powell, le secrétaire au Trésor a annoncé son intention de ne pas prolonger au-delà du 31 décembre certains programmes d’aide qui ont été lancés afin de permettre à l’économie de se maintenir à flot malgré la crise sanitaire.

S'il souhaite mettre fin à certains programmes d'aide, M. Mnuchin a également demandé à la Fed de prolonger d'autres programmes de 90 jours.

Par la même occasion, M. Mnuchin a enjoint à la Fed de retourner les fonds qui ne seront pas utilisés. Ainsi, quelque 455 milliards de dollars pourront être réaffectés par le Congrès américain, a-t-il expliqué dans sa missive, alors que républicains et démocrates sont incapables de s'entendre depuis des mois sur le prolongement des mesures d'aide.

La Réserve fédérale a eu tôt fait de répondre par communiqué que la banque centrale préfèrerait que l’ensemble des mesures d’urgence établies durant la pandémie de coronavirus [puissent] continuer de jouer leur rôle important de filet de sécurité tandis que l’économie américaine demeure vulnérable.

Dans la même veine, la Chambre de commerce des États-Unis a jugé que la fin prématurée de ces programmes d’urgence priverait les entreprises de liquidités à un moment où elles en ont le plus besoin.

Cette décision lie inutilement les mains de la prochaine administration, a ajouté Neil Bradley, vice-président de la Chambre de commerce.

Une critique maintes fois entendue dans les dernières 24 heures, certains y voyant une manœuvre de l'administration Trump visant à priver Joe Biden, qui prendra les rênes du pays le 20 janvier, d'une aide essentielle de la Fed pour soutenir l'économie, au moment où les cas de COVID-19 connaissent à nouveau une forte augmentation.

Depuis des mois, [les républicains] refusent de prendre les mesures nécessaires pour venir en aide aux travailleurs, aux petites entreprises et aux restaurants, a dénoncé le sénateur de l'Ohio Sherrod Brown. Le seul outil à notre disposition se trouvait à être ces programmes d'aide, a-t-il poursuivi.

Il ne fait aucun doute que l'administration Trump [...] tente activement de faire chuter l'économie américaine.

Sherrod Brown, sénateur de l'Ohio

Dans les rangs des républicains, le sénateur de la Pennsylvanie Pat Toomey et le président du Comité sénatorial des banques Mike Crapo, de l'Idaho, ont salué la décision du secrétaire au Trésor.

Le Congrès a été très clair : ces programmes étaient temporaires, ils devaient fournir des liquidités et ensuite cesser de s'appliquer à la fin de 2020, a rappelé M. Toomey.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !