•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Doug Ford en conférence de presse.

Le premier ministre ontarien Doug Ford admet que la province fait face à des « eaux troubles », alors que le nombre de cas de COVID-19 a encore augmenté lundi, pour atteindre177.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La ville de Toronto et sa banlieue à l'ouest, Peel, retournent en confinement.

Les nouvelles règles entreront en vigueur lundi matin et dureront pour au moins 28 jours. C'est ce qu'a annoncé le premier ministre Doug Ford en conférence de presse vendredi après-midi.

La situation est extrêmement grave. Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour éviter le pire. [...] Nous ne pouvons pas risquer la fermeture des écoles. Nous ne pouvons pas risquer de submerger nos hôpitaux.

Doug Ford

Il a demandé aux résidents de ces régions d'effectuer des déplacements à l'extérieur de la maison pour des activités essentielles seulement.

Il s'agit d'un retour en zone grise pour ces régions, selon le système de classification par couleurs (Nouvelle fenêtre) adopté par la province.

Les écoles resteront ouvertes. Les garderies aussi, a précisé la ministre de la Santé de la province, Christine Elliott, durant le point de presse de vendredi.

C'est dans l'espoir de réduire le nombre de nouveaux cas de COVID-19 que la province impose ces nouvelles restrictions à ses citoyens.

Les règles relatives au palier confinement comprennent notamment, mais pas exclusivement, les suivantes :

  • Les écoles, les programmes avant et après l'école ainsi que les centres de garde d'enfants restent ouverts
  • Les établissements postsecondaires peuvent uniquement offrir l'enseignement virtuel, avec quelques exceptions pour les formations qui ne peuvent être dispensées qu'en personne, comme les formations cliniques et liées aux métiers
  • Les rassemblements publics et rencontres sociales organisés à l'intérieur sont interdits, sauf si les participants appartiennent à un seul et même ménage. Les personnes qui vivent seules, y compris les personnes âgées, peuvent envisager d'avoir des contacts rapprochés avec une seule personne extérieure à leur ménage
  • Les rassemblements publics et rencontres sociales organisés à l'extérieur sont limités à un maximum de 10 personnes
  • Les cérémonies de mariage, les services funéraires et les autres cérémonies et services, religieux ou non, sont limités à 10 personnes, à l'intérieur comme à l'extérieur, moyennant le respect de l'écart sanitaire
  • Les commerces de détail peuvent uniquement offrir la collecte sur le trottoir et la livraison, à l'exception des supermarchés, des épiceries, des pharmacies, des quincailleries, des détaillants à prix réduits et des grandes surfaces qui vendent des produits alimentaires, des magasins de bière, de vin et de spiritueux, des magasins de matériel de sécurité et des dépanneurs, qui ne pourront fonctionner qu'à 50 % de leur capacité
  • Les restaurants, les bars et autres établissements de restauration peuvent uniquement offrir le service au volant, des plats à emporter et la livraison à domicile; ils doivent fermer leurs salles à manger et leurs terrasses
  • Les services de soins personnels doivent fermer
  • Les casinos, les salles de bingo et autres établissements de jeux doivent fermer
  • Les installations sportives et récréatives en salle, dont les piscines, doivent fermer, à quelques exceptions près.

Source : Communiqué officiel du gouvernement ontarien

Alors qu'il n'y a pas de règle ou de loi spécifiques pour empêcher les gens de se déplacer d'une région à l'autre, le médecin hygiéniste de la province, le Dr David Williams, a demandé aux gens de ne pas voyager, même à l'intérieur de la province, vendredi après-midi.

De plus, plusieurs régions de la province font face à de nouvelles restrictions. Les régions de Durham et de Waterloo passent au rouge. Les régions de Huron, de Perth, de Simcoe Muskoka, de Windsor-Essex et celle régie par le bureau de santé du Sud-Ouest passent à l'orange. Ces changements seront en vigueur à partir du 23 novembre.

Les régions les plus touchées

Vendredi, des 1418 nouveaux cas recensés dans la province, 400 sont dans la région de Peel et 393 à Toronto. Peel comprend les villes de Brampton et de Mississauga, entre autres.

Peel est de loin la région la plus durement touchée par la pandémie dans la province : on y trouve 195 nouveaux cas par semaine par tranche de 100 000 habitants.

Toronto (avec 112 nouveaux cas par semaine par tranche de 100 000 habitants) et la région de York (avec 91) ont également connu une croissance régulière des infections de COVID-19 depuis le début septembre, malgré l'imposition de mesures pandémiques plus strictes en cours de route.

Vendredi, le nombre de personnes dans les hôpitaux de l'Ontario ayant des cas confirmés de la maladie est passé à 518. Le nombre de patients traités aux soins intensifs en raison de la COVID-19 est de 142, dont 92 sous respirateur.

Des réactions divergentes

Le président du conseil de santé de Toronto, le conseiller municipal Joe Cressy, a publié ses réactions par voie de communiqué vendredi en après-midi. Je salue l'annonce faite aujourd'hui par la province de l'Ontario concernant de nouvelles mesures de confinement pour la ville de Toronto et la région de Peel. [...] Je soutiens pleinement cette action nécessaire, peut-on y lire.

Le maire de Toronto, John Tory, a remercié le gouvernement provincial d'avoir reconfiné la ville. Nous ne pouvons pas avoir une économie en santé sans citoyens en santé, a-t-il déclaré durant son point de presse de vendredi. Ces restrictions sont en place pour sauver des vies.

S'il vous plaît, restez à la maison autant que possible.

John Tory, le maire de Toronto

La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a ajouté que le confinement imposé vendredi vise à éviter les scénarios observés aux États-Unis ou dans certains pays en Europe.

De son côté, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) s'est dite préoccupée par l'imposition du confinement. Ce sera dévastateur pour les propriétaires de petites entreprises de Toronto et de la région de Peel. Les restrictions actuelles créent une fois de plus un avantage injuste pour les exploitants de grandes surfaces comme Walmart et Costco, laissant les détaillants de Main Street assumer seuls le fardeau, selon la Fédération, qui a publié ses impressions par voie de communiqué.

Or, le gouvernement ontarien a aussi dévoilé un investissement de 600 millions de dollars consacrés aux entrepreneurs. Une liste détaillée des entreprises admissibles ainsi que la démarche qu'elles doivent suivre pour présenter une demande sont publiées à Ontario.ca/soutiencovid (Nouvelle fenêtre), peut-on lire dans le communiqué.

Aussi, le maire de Markham, Frank Scarpitti, a exhorté les citoyens des régions nouvellement confinées d'éviter de voyager dans sa ville. Markham se trouve dans la région de York, au nord de Toronto et à l'est de la région de Peel.

Finalement, selon Colin Furness, épidémiologiste du contrôle des infections à l'Université de Toronto, les nouvelles règles de confinement ne vont pas assez loin. Il affirme qu'elles sont susceptibles de ralentir la propagation du virus dans la communauté, mais ne suffiront pas à réduire considérablement le nombre croissant de cas. Nous laissons les mariages, nous laissons les services religieux se dérouler, a-t-il déclaré en entrevue à CBC News. Ces événements se déroulent [souvent] sans masque, on y chante et on se donne des étreintes. Nous [devons restreindre ces activités].

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !