•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une clinique médicale de Limoilou ferme ses portes

Le complexe médical Synase.

Le complexe médical Synase.

Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

La clinique médicale Synase, dans le quartier Limoilou, va fermer ses portes le 23 décembre prochain, faute de médecins. Avec cette fermeture, 8900 patients se retrouvent au moins temporairement sans médecin de famille.

Le Groupe de médecine familiale (GMF) Synase demande depuis plusieurs mois au ministre de la Santé, Christian Dubé, ainsi qu’à ses prédécesseurs, une dérogation afin de pouvoir recruter six médecins supplémentaires.

Pour l’instant, la clinique emploie cinq médecins de famille, dont trois travaillent à temps partiel. Deux des médecins de la clinique ont également plus de 65 ans. Avec une moyenne de 1780 patients chacun, ils n’arrivent pas à répondre à la demande.

Contraintes administratives

La clinique ne peut pas obtenir les médecins supplémentaires qu'elle demande pour des raisons administratives. Le plan régional d’effectifs médicaux (PREM) ne prévoit pas suffisamment de postes pour Limoilou, selon les responsables de la clinique.

Les PREM en médecine de famille autorisent une cible de recrutement pour chaque région administrative de la province.

Sans médecins supplémentaires, Le GMF Synase doit donc mettre fin à ses activités.

C'est très déplorable. Tous les indicateurs socio-économiques montrent que Limoilou est vraiment le secteur le plus défavorisé de la ville. On a créé une clinique au centre de ce secteur-là, bien équipée, qui peut répondre aux besoins, mais le ministre a choisi une éclipse médiatique pour nous répondre, lance le médecin responsable de la clinique, le Dr Richard Lemelin.

Le docteur Richard Lemelin

Richard Lemelin, le médecin responsable du GMF Le Synase.

Photo : Radio-Canada

Il cache mal sa colère, d’autant plus que la réponse écrite du cabinet du ministre de la Santé a été diffusée au moment où le premier ministre du Québec, François Legault, annonçait les contacts qui seront permis durant le temps des Fêtes.

L’Association québécoise de la défense des droits des retraités et préretraités de Québec dénonce elle aussi la fermeture de la clinique.

Je trouve ça très difficile à prendre. C'étaient des médecins compétents, très proches de leurs clients. S'il y a un secteur de la ville de Québec où il doit y avoir des médecins qui accompagnent les aînés, c'est bien celui-là. C'est une perte énorme, estime Judith Gagnon.

Déménagement du GMF universitaire Maizerets

Par écrit, le cabinet de Christian Dubé explique que la priorité du gouvernement dans ce dossier demeure d’offrir des soins accessibles et de qualité à la population de Limoilou. À cet effet, le GMF-U de Maizerets déménagera au début de l’année 2021 dans l’immeuble où loge actuellement le GMF Synase.

Le déménagement d’une autre clinique dans les locaux actuels de Synase, à côté de l’Enfant-Jésus, n’est pas une solution, selon Richard Lemelin.

Le GMF-U Maizerets est déjà dans le secteur depuis plusieurs années, a déjà sa clientèle. Au niveau de la prise en charge des patients, ça n'aura pas d'impact. La population s'est fait leurrer par la réponse du ministre. C'est une insulte aux efforts qu'on a fait de fournir une couverture médicale adéquate pour une population qui nécessite une prise en charge, affirme-t-il.

Postes prédéterminés

Le ministère de la Santé souligne également que 38 nouveaux médecins ont été accordés à la région cette année, dont 4 à Limoilou.

On rappelle que le recrutement de nouveaux médecins est la responsabilité de la clinique médicale et que les médecins sont autonomes dans le choix de leur lieu de pratique.

Des propos qui font bondir le Dr Richard Lemelin. Les quatre postes sont déterminés à l'avance. Il y en a un qui va à l'urgence de l'Enfant-Jésus, un qui va à l'IRDPQ et un dans chacun des deux groupes de médecine familiale universitaire. Comment ils peuvent dire que les médecins sont autonomes dans leurs choix, questionne-t-il.

Modifications réclamées

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, réclame des modifications au cadre réglementaire.

Cette fermeture est due à un système dysfonctionnel. Il faut absolument revoir la façon d’attribuer les effectifs médicaux. Malheureusement, le ministre de la Santé n’est pas prêt à prendre ses responsabilités. Cet échec du ministre Dubé touchera des milliers de personnes vulnérables, qui seront retournées sur la liste d’attente, affirme-t-elle.

Liste d'attente

Présentement, 13 100 personnes sont en attente d'un médecin de famille dans le quartier Limoilou.

Judith Gagnon se pose plusieurs questions. Les gens qui sont délestés par la clinique médicale, ils vont faire quoi? Ça va prendre quatre ans avant qu'ils aient un nouveau médecin? Est-ce que la clinique Maizerets va pouvoir les prendre?, demande-t-elle.

Ce que le Dr Richard Lemelin craint, c’est que ces patients orphelins ne viennent remplir les salles d’attente des urgences, en pleine pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !