•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrivée possible d’un vaccin en janvier : Cameron Friesen veut des précisions d'Ottawa

Une seringue et un vaccin se font manipuler en laboratoire.

Le public a les yeux rivés sur les compagnies Pfizer et Moderna. Elles ont toutes deux annoncé dans les derniers jours un vaccin expérimental contre la COVID-19 efficace à environ 95 % pour réduire le risque de contracter la maladie.

Photo : iStock

Radio-Canada

Alors que les Manitobains attendent un vaccin pour la COVID-19, le gouvernement provincial avoue savoir peu de choses au sujet du plan de distribution d’Ottawa.

Le ministre manitobain de la Santé, des Aînés et de la Vie active, Cameron Friesen, a affirmé avoir coécrit une lettre à la ministre de la Santé fédérale, Patty Hajdu, pour obtenir plus d'information concernant la première livraison d’un vaccin efficace pour réduire les risques de contracter la COVID-19.

Mercredi, le médecin-hygiéniste en chef de la province, Brent Roussin, a dit être optimiste quant à l’arrivée d’un vaccin dès le mois de janvier. La province ne s’attend toutefois pas à en recevoir une énorme quantité ce mois-là.

Le Manitoba doit en savoir beaucoup plus sur ce vaccin, estime le ministre de la Santé provincial.

Cameron Friesen explique qu'il souhaite obtenir des détails pour, entre autres, planifier la distribution et l'entreposage des doses de vaccin.

Le temps presse. La province du Manitoba veut distribuer le plus tôt possible la livraison qu’elle recevra.

Cameron Friesen, ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie active

Entreposer les vaccins au froid

Le public a les yeux rivés sur les compagnies Pfizer et Moderna. Elles ont toutes deux annoncé ces derniers jours un vaccin expérimental contre la COVID-19 efficace à environ 95 % pour réduire le risque de contracter la maladie. Cependant, la distribution de ces vaccins est une tâche délicate en raison de la nécessité d’un entreposage à des températures très basses.

Si nous sommes en mesure de trouver une capacité [de réussite] comme celle-là, nous avons seulement quelques semaines pour réfléchir à la manière dont nous allons réagir, ajoute le ministre.

Cameron Friesen à une table avec un micro, et des drapeaux de la province du Manitoba derrière lui.

Le ministre manitobain de la Santé, des Aînés et de la Vie active, Cameron Friesen, demande des clarifications à Ottawa quant à l'éventuelle distribution de vaccins.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Ottawa veut parvenir à effectuer une distribution équitable pour chaque province et territoire. Nous devons nous assurer que le gouvernement fédéral a une approche claire, dit Cameron Friesen.

Comme vous le savez probablement déjà, les premières personnes touchées par le vaccin seront celles qui se trouvent dans les hôpitaux et dans les foyers de soins de longue durée, rappelle le ministre de la Santé.

Cameron Friesen explique que la distribution des nouveaux vaccins se basera en partie sur la distribution de la grippe saisonnière, mais qu'il y aura des différences majeures.

L'opposition s'inquiète

Le chef de l’opposition officielle, Wab Kinew, rappelle que le gouvernement provincial a établi un comité ministériel pour la distribution des vaccins.

Je veux m’assurer que les experts en santé publique sont impliqués dans le processus, dit le chef néo-démocrate.

Jusqu’à maintenant, la stratégie du gouvernement pour répondre à la pandémie a été inefficace, selon Wab Kinew. Cela s'étend de la capacité à tester les gens d'une façon efficace au traçage de contacts.

Wab Kinew ne veut donc pas voir la difficulté d'une distribution de vaccins s’ajouter à la liste.

Le libéral Dougald Lamont dit pour sa part être optimiste quant aux candidats potentiels (des compagnies Pfizer et Moderna) annoncés jusqu’à maintenant.

La province doit d’abord s’occuper de l'augmentation des cas de COVID-19, ajoute cependant Dougald Lamont.

Nous ne savons pas quand ce vaccin sera prêt. Nous ne savons pas si ce sera en janvier. Nous ne savons pas si ce sera en juin. Nous devons réaliser que, si nous n’agissons pas maintenant pour ralentir la hausse du nombre de cas de COVID-19, nous allons faire face à un véritable désastre d’ici le mois de janvier, affirme le chef libéral.

Avec les informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !