•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de raccord au réseau d'égout à Stoneham soulève des inquiétudes

Le lac Durand en été

Environ 400 propriétés sont construites près du lac Durand et sur la montagne. Ce petit lac, un ancien étang, a une superficie de moins de cinq kilomètres.

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

Un peu plus de 200 propriétaires de Stoneham-et-Tewkesbury doivent se prononcer d’ici lundi sur un projet estimé à 10 millions de dollars pour prolonger le réseau sanitaire de la municipalité. Des résidents estiment que les délais sont courts et que leur part de contribution financière est incertaine.

La municipalité souhaite depuis quelques années prolonger le réseau d’égout pour desservir les quelque 400 propriétés du secteur Vertmont-sur-le-Lac, près du lac Durand. Il y a 8 ou 9 mois, on a fait des demandes de financement dans un programme provincial et fédéral, et on a finalement été accepté. Le projet ne pouvait pas se faire sans subvention, ça aurait coûté trop cher, explique le directeur général de Stoneham-et-Tewkesbury, Louis Desrosiers.

C’est finalement le 19 octobre que le maire, Claude Lebel, a annoncé avoir obtenu une aide financière de 3,5 millions de dollars, de Québec et Ottawa, pour aller de l’avant avec le projet de raccordement.

Grâce à ce montant, la Ville souhaite donc lancer rapidement la première phase du projet, qui permettrait de connecter 258 propriétés au réseau sanitaire, d’ici 4 ou 5 ans. Les fonds reçus doivent être entièrement dépensés avant 2027.

Un exemple de comblement par le vieillissement du lac Durand.

Les 400 fosses septiques installées autour de l'étang de moins de cinq kilomètres carrés augmentent les dépôts de sédiments. Il a déjà perdu la moitié de sa superficie avec le temps.

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

Avec le prolongement du réseau sanitaire, la municipalité y voit une façon de protéger le lac Durand à long terme.

Délais excessivement courts

Deux résidents de Vertmont-sur-le-Lac estiment cependant que les délais pour se prononcer sur le projet sont trop courts. Ils craignent que les citoyens ne soient pas suffisamment informés.

On a des délais excessivement courts et des infos fragmentaires et en bout de ligne, on ne sait pas combien ça va coûter à chaque personne, déplore Martin Dauphinais.

Dans une lettre envoyée le 28 octobre aux 258 résidents de Vertmont-sur-le-Lac concernés, il est écrit que la part des propriétaires représente environ 20 000 $. Selon la proposition, cette somme sera répartie sur 20 ou 25 ans, sous la forme de taxes de secteur allant de 1200 à 1400 $ annuellement. La municipalité, elle, investit 1,8 million de dollars.

Or, en faisant quelques recherches, M. Dauphinais a compris que le montant proposé dans la lettre ne comprend pas les taux d'intérêts, de 3 % environ. Je ne suis pas contre le projet, mais déjà de voir que la lettre ne donne pas toutes les informations, ça crée des doutes, dit-il.

Les propriétaires devront aussi débourser pour la partie des travaux situés sur leur terrain.

S’ils sont en faveur du projet, les résidents doivent envoyer une requête signée à la municipalité avant le 23 novembre.

Une page de papier, sur la quelle ont voit le logo de la municipalité et c'est écrit : Requête, projet de prolongement du réseau d'égout à Vertmont-sur-le-lac

Voici la requête que les résidents sont invités à signer, s'ils adhèrent au projet, d'ici le 23 novembre.

Photo : Christine Lepage

Plus je vois l’ampleur du projet, plus je me pose des questions. Entre voisins, on s’en parle beaucoup. Il y a aussi les risques que les dépassements de coûts soient grands, exprime une autre résidente, Christine Lepage.

Elle souligne que le projet ne fait pas l'unanimité puisque certains propriétaires viennent tout juste de refaire leurs installations sanitaires. Mme Lepage croit également que c’est un choix pour plusieurs que de vivre loin des grands centres, donc qu’ils vivent bien avec l’absence de services municipaux comme celui-ci.

M. Dauphinais va dans le même. J'ai choisi de m'installer ici, pour payer moins d'impôts que dans les grandes villes.

Depuis la fin octobre, au moins cinq publications sur un groupe Facebook des résidents de Vertmont-sur-le-Lac présentent des questions quant aux projets, récoltant chacune parfois jusqu’à 50 commentaires.

Ce n’est pas un chèque en blanc

Le directeur général de Stoneham-et-Tewkesbury admet que les résidents auraient pu être consultés plus tôt. Par contre, M. Desrosiers explique que la Ville ne voulait pas présenter un projet qui n’avait pas reçu de financement, donc sans inclure un montage financier.

Avec l’accord du financement, on pouvait arriver avec des chiffres, sans la subvention, on ne pouvait pas faire le projet, rappelle le directeur général.

Il souligne que les résidents peuvent poser toutes leurs questions en écrivant par courriel à la Ville et qu’une page sur le site web de Stoneham permet de tout savoir sur le projet. Une foire aux questions a été ajoutée pour répondre aux questions les plus récurrentes.

Avec la requête à signer d’ici lundi, Louis Desrosiers se veut rassurant. Ce n’est pas un chèque en blanc. On veut sonder le terrain. On a comme objectif d’avoir 60 % d’appui pour continuer. Mais si jamais les résidents sont en faveur maintenant, ils pourront changer d’idée, précise-t-il.

M. Desrosiers ajoute que l’emprunt effectué par la Ville devra obtenir l'approbation du conseil municipal et qu’à ce moment, les résidents qui s’opposent au projet pourront exiger un référendum.

Vendredi matin, le directeur général confirme avoir reçu 67 requêtes positives jusqu'à maintenant. Un nombre, convient-il, au-deçà de l'objectif de 150 requêtes positives.

Il ajoute que si la municipalité n'atteint pas son objectif lundi, elle attendra après le temps des Fêtes pour entreprendre des consultations avec les citoyens sur le sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !