•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prudence dans le temps des Fêtes, demande la santé publique en Estrie

Une personne sur dix est à risque d'avoir des complications de la COVID-19, font valoir les autorités de la santé.

Une femme portant un masque décore un sapin de Noël.

Les Québécois auront quatre jours pour se voir pendant les Fêtes.

Photo : getty images/istockphoto / cerro_photography

Radio-Canada

Le directeur de la santé publique Alain Poirier appelle les Estriens à la prudence lors des rassemblements du temps des Fêtes qui ont été autorisés par Québec jeudi.

Il estime que les mesures de prévention des infections, telles que la distance de deux mètres, le lavage des mains et le port du masque seront de mise.

Il ne faudrait pas être trop trop collés, mais déjà on pourra se voir et de se sourire par les yeux, au-dessus du masque.

Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Il invite d'ailleurs les citoyens à limiter le plus possible la taille et le nombre des rassemblements. On peut être raisonnable, il ne faudrait pas que les cas explosent à cause de ces quatre jours-là, souligne Alain Poirier.

Garder nos proches en santé

Le directeur de la santé publique rappelle que le virus peut avoir des conséquences à long terme chez une personne sur dix, d'où l'importance de demeurer très vigilant lors des festivités.

Dans nos invités, est-ce qu'on veut qu'une personne sur dix reste avec un problème après le party des Fêtes ? La réponse, c'est non.

Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

L'essoufflement, la perte de goût et d'odorat sont des complications de plus en plus documentées du virus chez des personnes qui étaient en pleine santé avant la pandémie, rappelle Alain Poirier.

Le directeur de la santé publique croit que la discussion devra être ouverte dans les familles afin d'évaluer la façon la plus sécuritaire de célébrer, tout en respectant la volonté de chacun, dont celle des aînés.

Oui, il y a des risques, mais dans la gestion du risque, il ne faut pas infantiliser nos aînés. Il faut avoir cette discussion-là, fait valoir Alain Poirier.

Le directeur de la santé publique en Estrie ne s'en cache pas, il rêve du vaccin contre la COVID-19 qui est à nos portes. Il croit à l'importance de rester vigilant d'ici à ce que ce vaccin nous permette graduellement de retrouver notre vie d'avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !