•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un buste du prince Charles pour promouvoir la laine

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'artiste tient dans ses mains le buste en laine du prince Charles de Galles

L'artiste manitobaine Rosemarie Péloquin a créé, avec la laine, une sculpture du buste du Prince de Galles.

Photo : Emily Christie

L'artiste franco-manitobaine Rosemarie Péloquin a été choisie par Campaign for Wool Canada pour sculpter un buste en laine du prince Charles, le parrain de cette campagne qui célèbre son dixième anniversaire.

Campaign for Wool a pour objectif de faire la promotion des bienfaits de la laine à travers le monde. La campagne est établie dans 13 pays, la section canadienne ayant été inaugurée en 2014 à Pictou, en Nouvelle-Écosse, lors de la visite royale du prince de Galles et de la duchesse de Cornwall.

Une artiste regarde son oeuvre :  une sculpture du buste du Prince de Galles.

L'artiste manitobaine Rosemarie Péloquin avec sa sculpture de laine du prince Charles.

Photo : Emily Christie

C'est une fierté, mais aussi un défi pour l'artiste qui sculpte la laine depuis près de cinq ans. En général, dit-elle, ses visages en laine sont de plus petite taille et imaginaires.

Je me suis dit, pas de problème, c'est ce que je fais, des visages, mais, éventuellement, je me suis rendu compte que c'était quelque chose d'important, parce que c'est une personne importante.

Rosemarie Péloquin, artiste
La sculpture en laine du prince Charles de Galles est placée sur un socle.

L'artiste manitobaine Rosemarie Péloquin a créé avec de la laine un buste du prince de Galles.

Photo : Emily Christie

Pour réaliser sa sculpture, l'artiste a dû faire appel à une série de photos de différents angles du prince Charles, car le modèle vivant n'était pas devant elle, ajoute-t-elle en riant.

Ça prend deux fois plus de temps parce qu'il faut qu'il y ait la ressemblance.

Rosemarie Péloquin remarque que la laine commence à revenir à la mode et qu'il y a un nombre croissant d'artistes qui commencent à travailler avec la fibre.

Ce n'est plus juste de l'artisanat ou du crochet, c'est quelque chose qu'on peut se servir pour faire de l'art.

Rosemarie Péloquin, artiste

Pour l'instant, Rosemarie Péloquin dit ne pas avoir eu de commentaires de la part du prince, car elle ne sait pas s'il a eu l'occasion de voir la sculpture.

Le dévoilement de l'oeuvre est prévu pour le 1er décembre 2020 à Queen's Park, à Toronto. En janvier, elle sera exposée à Ottawa, au bureau du Secrétaire canadien de la reine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !