•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’âge n'est pas un frein à la perte de poids

De récents travaux dissipent le mythe selon lequel il est plus difficile de maigrir en vieillissant.

Un couple de personnes âgées marchant dans un sentier enneigé.

Une idée reçue veut que la perte de poids n'est pas vraiment importante pour les personnes âgées, estiment les chercheurs.

Photo : iStock / Obencem

Radio-Canada

Les changements dans nos modes de vie visant à perdre du poids sont efficaces pour réduire l'obésité, quel que soit l'âge, affirment des scientifiques britanniques.

Dans leurs travaux, le Dr Thomas Barber et ses collègues de l’École de médecine de l’Université de Warwick ont montré que des personnes obèses de plus de 60 ans peuvent perdre autant de poids que les personnes plus jeunes simplement en changeant leur mode de vie.

Les résultats de cette étude rétrospective montrent clairement que les patients de moins de 60 ans et les 60 à 78 ans qui fréquentent le programme de lutte contre l'obésité de l’hôpital associé à l’école de médecine ne présentent aucune différence de perte de poids.

Pour réussir à le démontrer, les chercheurs ont sélectionné au hasard 242 patients qui ont fréquenté le service entre 2005 et 2016. Ils ont ensuite comparé les deux groupes (ceux âgés de moins de 60 ans et ceux âgés de 60 à 78 ans) pour la perte de poids qu'ils ont obtenue pendant leur suivi.

Tous les participants ont vu leur poids corporel mesuré avant et après les interventions sur leur mode de vie, et le pourcentage de réduction du poids a été calculé pour les deux groupes.

Les deux groupes sont statistiquement équivalents, les personnes âgées de 60 ans et plus ayant réduit leur poids de 7,3 % en moyenne, contre 6,9 % pour les moins de 60 ans, expliquent les auteurs de cette étude dans un communiqué, et dont le détail des travaux est publié dans la revue Clinical Endocrinology (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Les responsables du programme n'ont utilisé que des changements de style de vie adaptés à chaque patient, en se concentrant sur :

  • les changements alimentaires;
  • le soutien psychologique;
  • l'encouragement de l'activité physique.

La plupart des participants présentaient une obésité morbide avec un indice de masse corporelle (IMC) généralement supérieur à 40 kg/m2. L'IMC est calculé en divisant le poids par la taille au carré, et classifie traditionnellement la population selon le degré d'obésité.

Indice de masse corporelle

  • Poids santé : de 19 à 25 kg/m2
  • Embonpoint : de 25 à 30 kg/m2
  • Obésité : de 30 à 40 kg/m2
  • Obésité morbide : 40 et plus kg/m2

Un âgisme pondéral

Les chercheurs rappellent qu’il existe plus de cinquante comorbidités de l'obésité qui peuvent être atténuées en perdant du poids, notamment le diabète, les troubles psychiatriques tels que la dépression et l'anxiété, l'arthrose et d'autres problèmes mécaniques. L'obésité est également liée à l'augmentation de la mortalité et au manque de bien-être.

La perte de poids est importante à tout âge, mais en vieillissant, nous sommes plus susceptibles de développer les comorbidités liées au poids de l'obésité. Nombre d'entre elles sont similaires aux effets du vieillissement. On pourrait donc dire que la pertinence de la perte de poids s'accroît avec l'âge.

Thomas Barber

Une idée reçue veut que la perte de poids ne soit pas vraiment importante pour les personnes âgées.

Les personnes âgées peuvent avoir le sentiment que les programmes de lutte contre l'obésité ne sont pas faits pour elles.

Thomas Barber

Les prestataires de services et les décideurs politiques doivent comprendre l'importance de la perte de poids chez les personnes âgées obèses, pour le maintien de la santé et du bien-être, et pour faciliter un vieillissement en bonne santé, estime le Dr Barber.

Selon lui, l'âge ne devrait donc pas être un obstacle à la gestion de l'obésité par le mode de vie.

Plutôt que de dresser des obstacles à l'accès des personnes âgées aux programmes de perte de poids, nous devrions faciliter ce processus de manière proactive. Sinon, nous risquerions de négliger davantage et inutilement les personnes âgées en raison des idées fausses véhiculées dans la société sur l'âge.

Thomas Barber

Pour cette raison, les chercheurs espèrent que leurs conclusions contribueront à corriger les idées fausses qui prévalent dans la société sur l'efficacité des programmes de perte de poids chez les personnes âgées, ainsi qu'à dissiper les mythes sur les avantages potentiels des efforts déployés par les personnes âgées pour réduire leur poids

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !