•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrée Lachapelle, comédienne d’exception

Andrée Lachapelle regardant à l'horizon.

La comédienne Andrée Lachapelle, en 1962.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Radio-Canada

Le 21 novembre 2019 nous quittait la distinguée comédienne Andrée Lachapelle. Un exemple d’élégance, de bon goût, mais également de générosité et de simplicité. La carrière d’Andrée Lachapelle s’étale sur près de 70 ans. Retour en archives sur le parcours d’André Lachapelle à travers entrevues et prestations.

La comédienne, qualifiée un jour de cadeau du Bon Dieu à l’humanité souffrante par le metteur en scène André Brassard, a joué plus 200 rôles au petit écran et au théâtre.

Andrée Lachapelle a toujours fait partie de notre télévision, puisque sa carrière a débuté en même temps que le téléviseur est entré dans la vie des Canadiens. Dès les années 50, les premiers téléspectateurs de Radio-Canada peuvent la voir dans : 14 rue de Galais (1955), Le chant du Rossignol (1956), Faux départ (1956), Le feu sur la terre (1958), etc.

C’est aussi au cours des années 1950 qu’Andrée Lachapelle quitte le Québec pour Paris en compagnie de son mari, le comédien Robert Gadouas. Le couple d’acteurs aura trois enfants.

La vie de bohème est parfois difficile et l’argent se fait rare la plupart du temps, mais les amoureux sont menés par leur passion pour le théâtre.

Au cours des années 1960, la comédienne joue également dans plusieurs téléromans et obtient des rôles marquants au théâtre. On peut apprécier son talent dans Filles d’Ève (1960), Au petit bonheur (1962), Minute, papillon (1966), La vie sentimentale (1968), Rue des pignons (1969), etc.

Andrée Lachapelle possède également des talents de chanteuse. Dans l’émission L’heure du concert du 6 janvier 1966, elle interprète un extrait des Parapluies de Cherbourg en compagnie du compositeur Michel Legrand.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

L’heure du concert, 6 janvier 1966

Elle enseigne la lecture aux étudiants de l’École nationale de théâtre.

Au théâtre, elle interprète une panoplie de rôles. Elle joue du Goldoni, du Tchekhov, du Dostoïevski, du Feydeau, etc.

Souvent associée au théâtre de Marcel Dubé (Bilan, Au retour des oies blanches, Entre midi et soir), elle excelle également dans les rôles des pièces de Michel Tremblay (Albertine en cinq temps, Les belles-sœurs).

Andrée Lachapelle apprécie également l’univers de Tennessee Williams. Elle joue dans la pièce La chatte sur un toit brûlant au Trident, en 1972.

En 1975, l'occasion se présente à elle d'aller jouer le rôle de Blanche Dubois dans la pièce Un tramway nommé désir au Théâtre de l’Atelier, à Paris.

L’émission Femme d’aujourd’hui diffuse un entretien avec la comédienne le 26 février 1975.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Femme d’aujourd’hui, 26 février 1975

En entrevue avec la journaliste Aline Vigneault, l’interprète raconte comment elle a obtenu le rôle de Blanche Dubois dans la pièce de théâtre Un tramway nommé désir.

C’est son mari de l’époque, Dominique Briand, qui lui présente le metteur en scène Michel Fagadau. L’homme de théâtre exige beaucoup, mais comme l’affirme Andrée Lachapelle, Blanche Dubois est un rôle exigeant et éprouvant.

Au courant des années 1980 et 1990, Andrée Lachapelle cumule les rôles dans plusieurs séries et téléromans mémorables : Le Temps d’une paix, Monsieur le Ministre, Jamais deux sans toi, Le volcan tranquille.

Le 16 février 1997, la journaliste Isabelle Albert mène une grande entrevue avec Andrée Lachapelle pour l’émission En toute liberté.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

En toute liberté, 16 février 1997

Lors de cet entretien, la comédienne alors âgée de 65 ans, fait un retour sur sa vie.

65 ans, c’est l’âge de la retraite pour certains, mais pour Andrée Lachapelle, le plaisir d’exercer son métier ne s’émousse pas. Elle affirme avoir été choyée par la vie. Elle n’a jamais manqué de travail et se sent privilégiée. Elle a désormais le loisir de choisir ses rôles.

Les choses me sont venues dans la vie d’une façon assez extraordinaire. Je suis une chanceuse. J’ai été privilégiée. J’ai été tellement entourée d’amour.

André Lachapelle (1997)

De l’amour, elle en donne en retour, non seulement à ses enfants et à ses petits-enfants, mais aussi à des causes sociales qui lui tiennent à cœur.

Elle s’implique auprès des détenus avec Amnistie internationale et au sein de la Galerie Maximum, qui diffuse des arts carcéraux.

Andrée Lachapelle a reçu de nombreux honneurs au fil de sa carrière. Elle est sacrée chevalière de l’Ordre du Québec en 1998, officière de l’Ordre du Canada en 1985, Grande Montréalaise en 2000 et commandeure de l’Ordre de Montréal en 2016.

20 ans après l’entrevue avec Isabelle Albert, l’animateur André Robitaille reçoit la comédienne le 8 mars 2017 sur le plateau de l’émission Entrée principale.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrée principale, 8 mars 2017

Andrée Lachapelle, alors âgée de 85 ans, dit ressentir son âge pour la première fois dans sa vie.

Après deux années passées auprès de son conjoint, le réalisateur André Melançon, elle dit revenir de loin. Elle parle du rôle d’aidant naturel.

À ce moment-là, elle n’a plus envie de jouer, elle sent sa mémoire faiblir. Encore une fois, elle se dit chanceuse d’avoir pu faire ce qu’elle aimait.

André Lachapelle joue son dernier rôle dans le film de la réalisatrice Louise Archambault, Il pleuvait des oiseaux. Le film reçoit un accueil chaleureux du public comme de la critique. Pour ce dernier rôle, elle remporte le prix de la meilleure interprétation féminine au 22e Gala du cinéma québécois.

Si j’ai choisi de faire ce métier, c’était pour vivre mille vies. Je trouvais que ma vie à moi était trop courte pour contenir toutes les vies que j’aurais voulu faire.

Andrée Lachapelle (1997)
Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.