•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dons de viande d'orignal aux banques alimentaires maintenant permis à T.-N.-L.

La chasse à l’original est une tradition annuelle pour Bill Burton et son fils. Mais cette année, c’est un peu différent.

Des sacs de viande d'orignal.

L'organisme Sharing the Harvest facilite les premiers dons de viande d'orignal et de caribou aux banques alimentaires à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : CBC / Adam Walsh

Radio-Canada

Le gouvernement provincial a changé ses règles, cette semaine, pour permettre aux chasseurs de donner de la viande d’orignal et de caribou aux banques alimentaires. Les Burton feront un don d’un quartier d’orignal — l’équivalent de 70 sacs d'une livre de viande.

À ce moment de l'année, avec tout ce qui se passe, ça fait du bien de dire : ''Tu sais, on a aidé à fournir 70 repas cette année, 70 bons repas sains et riches en protéines, à d’autres Terre-Neuviens et Labradoriens", se réjouit se réjouit Les Burton.

Avant la modification des règlements, le gouvernement provincial ne permettait pas les dons de viande crue des chasseurs à cause des risques liés à la sécurité.

En vertu des nouvelles règles, les banques alimentaires peuvent accepter la viande des chasseurs, mais elles doivent d'abord obtenir un permis spécifique du gouvernement. La viande doit aussi être transformée à un établissement certifié par la province.

Les dons de viande transformée chez soi ou provenant d'animaux tués par un véhicule ne sont toujours pas permis.

La viande peut être donnée directement aux banques alimentaires ou à l'organisme Sharing the Harvest NL, un groupe formé pour faciliter les dons. Barry Fordham, le directeur du groupe, milite depuis des années pour faire modifier les règles.

Il indique que plusieurs groupes qui luttent contre l'insécurité alimentaire — un problème particulièrement grave à Terre-Neuve-et-Labrador — ont déjà reçu des centaines de livres de viande.

Cette semaine, la première livraison de viande d'orignal — des dizaines de sacs de viande hachée — est arrivée à la maison de Debbie Wiseman, une membre du groupe Social Justice Co-operative NL, qui a participé aux efforts pour changer les règles plus tôt cette année.

Debbie Wiseman se tient devant maison à Saint-Jean.

Debbie Wiseman, membre du groupe Social Justice Cooperative NL

Photo : CBC / Adam Walsh

Nous recevons des centaines de livres de viande. Toute cette viande vient d'un seul orignal, a-t-elle dit, alors que les Fordham mettaient les sacs dans son congélateur. On a le potentiel de recevoir des milliers de livres de viande d'orignal pendant cette saison de chasse.

Choisir entre la nourriture et l'électricité

Des travailleurs aux banques alimentaires à Saint-Jean disent que la demande de repas frais et sains augmente chaque automne — quand les factures d'électricité augmentent.

La directrice générale de l'Association des familles monoparentales de Terre-Neuve, Elaine Balsom, indique que des gens doivent faire le choix entre la viande fraîche et d'autres aliments moins chers, mais aussi moins nutritifs.

Il y aura un impact énorme. Nous allons pouvoir donner de la viande aux familles, aux familles monoparentales, qui font face à d'importants problèmes liés à la sécurité alimentaire.

À la banque alimentaire Bridges to Hope, la gestionnaire Jody Williams croit que les dons de viande d'orignal et de caribou vont aussi aider les aînés qui comptent sur un revenu fixe.

Jody Williams.

Jody Williams travaille à la banque alimentaire Bridges to Hope, à Saint-Jean.

Photo : CBC / Adam Walsh

Il explique aussi que les dons de viande locale réduisent sa dépendance des livraisons de produits de l'extérieur de la province. Pendant l'hiver, Terre-Neuve peut faire face à des pénuries de nourriture quand les traversées de Marine atlantique sont annulées à cause des conditions météorologiques.

Ça nous aide à lutter contre l'insécurité alimentaire parce que la nourriture provient de notre propre province, souligne-t-il.

Les Burton se disent fiers de pouvoir contribuer à un changement positif dans leur communauté.

Il ne faut pas donner beaucoup de viande. Si vous donnez 10 livres, 20 livres, ça va faire une différence, sourit Bill Burton.

D'après les informations d'Adam Walsh, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !