•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le pic de la 2e vague a sans doute été franchi en France

La Tour Eiffel.

Des gens marchent devant la tour Eiffel, sur la place du Trocadéro, à Paris.

Photo : Getty Images / LUDOVIC MARIN

Agence France-Presse

Le pic de la deuxième vague de COVID-19 a vraisemblablement été franchi en France, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires, l'un des responsables évoquant même une « sortie du tunnel » en vue avec l'arrivée prochaine des vaccins, tandis que le premier ministre a jugé probable une réouverture de certains petits commerces « autour du 1er décembre ».

Selon l'agence sanitaire Santé publique France (SpF), les résultats actuels permettent de constater une diminution franche de tous les indicateurs, plus marquée dans les premières métropoles mises sous couvre-feu.

SpF estime que ces mesures ont eu un effet direct, comme semble le prouver la temporalité entre la mise en application du premier couvre-feu et l'inversion de la tendance une dizaine de jours plus tard.

Mais même si le pic est passé, l'agence a appelé à rester très vigilant, car un franchissement du pic épidémique ne signifie pas du tout une fin d'épidémie; […] un cap [a] juste [été passé].

Les premiers couvre-feux avaient été instaurés le 17 octobre dans certaines métropoles (dont Paris, Lyon et Marseille), au moment où commençaient les vacances de la Toussaint, qui est célébrée le 1er novembre dans l'Hexagone. La deuxième salve de couvre-feux avait commencé dans d'autres métropoles, dont Nice, le 24 octobre. Puis le confinement avait pris effet dans toute la France à partir du 30 octobre.

Une crêperie fermée en France.

Une crêperie fermée dans le centre de Saint-Malo, dans l'ouest de la France, dans le cadre des mesures de lutte contre la pandémie de COVID-19

Photo : Getty Images / DAMIEN MEYER

Pour la semaine du 9 au 15 novembre, le nombre de nouveaux cas confirmés (-40 %), d'hospitalisations (-13 %) et d'admissions en réanimation (-9 %) est en baisse.

Le nombre de morts semble se stabiliser pour la première fois après plusieurs semaines d'augmentation : 3756 pour la semaine du 9 au 15 novembre, contre 3817 la précédente. Le bilan total est lourd, avec près de 47 000 décès.

C'est également la première fois depuis le début de la seconde vague que les hospitalisations et les admissions en réanimation diminuent d'une semaine sur l'autre, selon SpF : 17 390 contre 19 940 la semaine précédente pour les premières, et 2761 contre 3037 pour les deuxièmes.

Enfin, 182 783 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés par RT-PCR et tests antigéniques la semaine du 9 au 15 novembre, contre 305 135 la précédente. Le taux de positivité des tests RT-PCR (proportion du nombre de cas positifs) est lui aussi en baisse (16,2 % contre 19,7 %).

Malgré ces améliorations, le maintien des mesures de prévention reste d'actualité, insiste SpF, en attendant les traitements et les vaccins.

La sortie du tunnel

Sur ce plan, le président du Conseil scientifique qui guide les choix du gouvernement, Jean-François Delfraissy, a dit voir la sortie du tunnel avec l'arrivée de vaccins contre la COVID-19.

Quant à la circulation du virus, elle reste importante, et [il ne sera pas possible d']atteindre une situation ''normale'' au moment des fêtes de fin d'année. Au mieux, l'épidémie pourrait ralentir au niveau souhaité de 5000 contaminations par jour, plutôt après Noël, voire début janvier, selon lui.

Jeudi soir, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a prévenu que le confinement n'était pas terminé et qu'il n'était pas d'actualité de déconfiner le pays.

En attendant, le gouvernement cherche à desserrer progressivement l'étau, en particulier sur certains petits commerces, qui pourraient rouvrir autour du 1er décembre – à condition que les indicateurs sanitaires continuent de s'améliorer, selon le premier ministre, Jean Castex. Il a fixé une deuxième condition : que les protocoles sanitaires soient adaptés, concertés avec la profession.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !