•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temps des Fêtes : « Nous devons tous réduire le nombre de contacts étroits »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un arbre de Noël décoré.

Les restrictions sur les déplacements et les rassemblements auront un impact sur les fêtes de fin d'année.

Photo : iStock

La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, recommande aux gens de limiter leurs contacts durant les Fêtes afin de prévenir une possible hausse rapide du nombre de cas de COVID-19.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Le temps des Fêtes approche à grands pas et nous voulons tous passer du temps en famille et avec nos amis. Cette année, nous devons faire les choses différemment. Nous devons tous réduire le nombre de contacts étroits, soit le nombre de personnes avec qui nous passons du temps sans porter de masque et sans respecter les consignes de distanciation physique, a expliqué Jennifer Russell, jeudi, lors d’une conférence de presse.

Elle conseille aux gens de limiter leurs contacts à leur propre maisonnée et de réduire autant que possible le nombre de contacts à l'extérieur.

Ce n’est pas une bonne année pour visiter des proches à l’extérieur de la bulle atlantique ni pour les inviter, insiste la Dre Russell.

Une famille et des amis réunis autour d'une dinde du temps des Fêtes.

Les soupers de Noël devront comprendre un nombre limité de participants.

Photo : iStock / Rawpixel Ltd

Tous les services de santé publique au Canada recommandent aux gens de limiter leurs contacts pour réduire les risques de propagation du coronavirus, et c’est le meilleur moyen à l’heure actuelle de ralentir la progression de la maladie, souligne-t-elle.

Plus de contacts qu’on ne peut le croire

Jennifer Russell conseille aux gens de dresser une liste des personnes avec lesquelles ils ont des contacts étroits.

Lorsque la COVID-19 est dépistée, la santé publique interroge les patients pour avoir la liste de leurs contacts étroits, et ces derniers sont souvent étonnés de constater qu’ils en ont en si grand nombre, indique la Dre Russell.

Les gens peuvent avoir des contacts étroits avec de 30 à 40 personnes, et il faut réduire cela pour éviter des mesures de restrictions plus sévères dans la province si le nombre de cas continue d’augmenter, explique-t-elle.

Une femme portant un masque parle au téléphone.

Moncton a basculé de nouveau en phase orange le vendredi 20 novembre.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Dans la région de Moncton, la seule en phase orange dans la province, les autorités demandent aux gens de limiter leurs contacts à leur propre famille immédiate. Les contacts avec toute autre famille sont déconseillés.

Lorsque la COVID-19 est dépistée dans une communauté, il faut comprendre que le coronavirus qui cause cette maladie y est déjà présent depuis plusieurs jours, indique la médecin hygiéniste en chef.

La Dre Russell conseille à la population de toujours agir comme si les personnes croisées à toute occasion sont potentiellement porteuses de la maladie. Il faut donc porter le masque, rester à au moins 2 mètres les uns des autres et se laver fréquemment les mains, rappelle-t-elle.

Protéger la bulle atlantique

Jennifer Russell conseille aussi aux gens d’éviter tout voyage non essentiel à l’extérieur de la bulle atlantique.

La Nouvelle-Écosse, souligne-t-elle, recommande à ses étudiants de ne pas quitter la province à l’occasion des Fêtes, et l’Île-du-Prince-Édouard déconseille aux gens de faire leur magasinage dans les régions de Moncton et d’Halifax.

Des voitures sortent d'un point, et un panneau lumineux indique qu'un point de contrôle est en place plus loin en raison de la COVID-19.

Les Insulaires devraient faire leur magasinage des Fêtes sur l'île, a insisté la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Heather Morrison.

Photo : Brian McInnis/CBC

La médecin hygiéniste reconnaît que limiter les contacts durant les Fêtes peut être déchirant pour les familles. Elle précise cependant que cela peut éviter une forte croissance du nombre de cas, comme cela se produit ailleurs au pays et dans le monde, et qu'une forte croissance surchargerait le système de santé et entraînerait la mort de bien plus de gens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !