•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétude en Minganie après la centralisation des monteurs de lignes à Havre-Saint-Pierre

Deux camions d'Hydro-Québec sont stationnés sur le bord d'une route. Un travailleur marche entre les deux.

Il faut généralement plus d'un monteur de lignes pour entreprendre des travaux sur le réseau électrique (archives).

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Félix Lebel

Hydro-Québec n’a pas l’intention de remettre en place une équipe permanente de monteurs de lignes à Natashquan, après le départ en septembre de son dernier travailleur sur place.

La société d’État mise maintenant sur les équipes de Havre-Saint-Pierre pour couvrir l’ensemble de la Minganie en cas de panne.

Cela signifie que les monteurs les plus proches devront parcourir environ 150 km avant d'arriver à Natashquan pour effectuer des travaux sur le système électrique.

La porte-parole d’Hydro-Québec, Cathy Hamel, explique toutefois qu’en cas de prévisions météorologiques difficiles, des équipes seront déployées en prévention.

Si on annonce des conditions climatiques difficiles qui pourraient entraîner une fermeture de route, par exemple, nous ce qu’on fait, c’est que proactivement on envoie des équipes sur place, à Natashquan, pour faire en sorte qu’on soit capable d’arriver rapidement si la route était fermée, explique Cathy Hamel.

Des petites maisonnettes dans la neige

Cette centralisation des services inquiète la mairesse de Natashquan, qui craint que les équipes d'urgence ne puissent se rendre dans sa municipalité lors de tempêtes hivernales (archives).

Photo : Radio-Canada / LAURENCE ROYER

La mairesse de Natashquan, Marie-Claude Vigneault, se dit inquiète de la décision d'Hydro-Québec. Elle doute de la capacité de la société d’État de remettre en marche rapidement le réseau en cas de tempête de neige.

Ça, c'est quand la route peut être ouverte, on sait que par les années passées, à plusieurs reprises la route a été fermée, les monteurs ont pris du temps à venir chez nous pour réparer. On a été pendant 35 heures en plein hiver là, sans électricité dans notre village.

Même son de cloche de la part du chef de la communauté innue de Nutashkuan, Réal Tettaut, qui s’est dit inquiet de la décision d’Hydro-Québec. Il espère convaincre la société d’État de revenir sur sa décision.

C’est sûr que ce n'est pas idéal pour la sécurité des gens de notre communauté. Ça peut prendre trop de temps à Hydro pour que les travailleurs arrivent de Havre-Saint-Pierre. L’hiver, les conditions sont pas faciles et on peut manquer de courant assez longtemps quand il n’y a pas d’équipe à Natashquan.

Pour répondre à la demande, Hydro-Québec a ajouté un poste supplémentaire à son centre stratégique de Havre-Saint-Pierre. Trois équipes composées de cinq monteurs de lignes permanents et un travailleur temporaire sont maintenant en place.

Depuis 2018, un seul monteur de lignes était en poste à Natashquan, alors qu’une équipe de deux est généralement nécessaire pour entreprendre des travaux sur le circuit de distribution électrique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !