•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Douglas Stuart remporte le prestigieux prix Booker

L'homme esquisse un sourire devant un mur de briques.

L'auteur écossais Douglas Stuart

Photo : Grove Atlantic / Martyn Pickersgill

Agence France-Presse

Le prix Booker a été attribué jeudi soir à Londres à l'Écossais Douglas Stuart pour Shuggie Bain, son premier roman, qui se déroule dans la ville de son enfance, Glasgow.

Margaret Busby, présidente du jury, a qualifié le roman d'audacieux, effrayant et bouleversant lors d'une cérémonie dans une salle de spectacles du nord de Londres.

Shuggie Bain raconte l'histoire d'un garçon solitaire, Shuggie, en quête d'identité, qui voue un amour inconditionnel à sa mère alcoolique, Agnes, et lui reste fidèle dans sa descente aux enfers, dans le Glasgow des années 1980 sous le thatchérisme, marqué par la pauvreté, la crise économique, la marginalisation des classes populaires et le communautarisme religieux.

Cette grande fresque de vies ordinaires ravagées, qui met magistralement en scène amour, frustration, toxicomanie et autodestruction, est un ouvrage aussi prenant que douloureux.

J'ai grandi à Glasgow dans les années 1980, à une époque incroyablement difficile, a raconté Douglas Stuart par vidéoconférence. Écrire ce livre a agi comme une thérapie, selon lui.

Il a rendu hommage à sa mère qui a souffert de dépendances et n'a pas survécu à ces dernières. La cérémonie était organisée à Londres, mais les six finalistes du prix, qui récompense chaque année l'auteur ou l'autrice du meilleur roman écrit en anglais, la suivaient à distance, pandémie oblige.

Quatre personnes – Diane Cook, Avni Doshi, Brandon Taylor et Douglas Stuart – étaient en lice pour leur première œuvre. Tsitsi Dangarembga et Maaza Mengiste complétaient la liste des finalistes.

Ces six auteurs et autrices ont vu leur livre être sélectionné après lecture de 162 romans publiés au Royaume-Uni ou en Irlande entre le 1er octobre 2019 et le 30 septembre 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !