•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

140 opérations annulées ces dernières semaines à l’hôpital de Rimouski

Hôpital régional de Rimouski

Le déplacement de main-d'œuvre explique en partie la situation à l'hôpital régional de Rimouski (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les activités au bloc opératoire de l'hôpital de Rimouski sont perturbées par la COVID-19 pour une septième semaine consécutive. Depuis l'avènement de la deuxième vague, quelque 140 chirurgies n'ont pu être réalisées.

Une salle de chirurgie a été fermée la première semaine et deux l'ont été pour les six semaines suivantes, mais le Centre de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent assure qu'il s'agit de chirurgies non-urgentes.

Selon le président-directeur général adjoint du CISSS, Dr Jean-Christophe Carvalho, ces perturbations s'expliquent par les contraintes que la COVID-19 impose dans l'organisation du travail.

Il a fallu déplacer de la main-d'œuvre pour être sûrs de ne pas mélanger les employés qui travaillent avec les cas de COVID-19 et ceux qui travaillent avec les usagers qui ne sont pas touchés par la COVID-19, explique-t-il.

Ça a de l'impact, entre autres, sur notre capacité à avoir le nombre de lits suffisants pour garder l'activité comme avant, mais aussi à avoir le personnel suffisant au bloc opératoire pour revenir à ce que l'on fait normalement à Rimouski.

Moins grave qu’au printemps

Selon le Dr Carvalho, tout indique que deux salles de chirurgie resteront fermées la semaine prochaine. Il ajoute toutefois que le ralentissement des activités au bloc opératoire est moins important cet automne que lors de la première vague de COVID-19, au printemps dernier.

Pour donner un ordre de grandeur, dans les trois premiers mois : avril, mai et juin, ce que l'on a observé, c'est qu'il se faisait à Rimouski entre 500 et 700 chirurgies de moins par mois. Depuis les deux derniers mois, on est davantage entre 70 et 90 chirurgies de moins par mois, précise-t-il. Donc c'est beaucoup, beaucoup moins pire que lors de la première vague.

Le CISSS ne peut dire avec précision quand les chirurgies reportées ou retardées pourront être reprises.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !