•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude de près de 2 M$ dans un CPE, une ex-dirigeante accusée

Le palais de justice de Québec

Josée Lévesque doit comparaître au palais de justice de Québec pour répondre d'une accusation de fraude

Photo : Radio-Canada

L’ex-directrice du CPE le Petit Baluchon de Val-Bélair fera face à une accusation de fraude, après avoir présumément détourné près de 2 millions de dollars.

Josée Lévesque doit comparaître cette semaine au palais de justice de Québec, pour avoir frustré le gouvernement d'une somme d'argent, peut-on lire dans le dossier de la Cour.

Si le montant n'est pas spécifié, une poursuite civile intentée par le gouvernement révèle que l'habitante de Beauport aurait profité de sa position pour soutirer 1,9 million au ministère de la Famille.

Selon les allégations, le ministère a versé des sommes en trop au Bureau coordonnateur en lui octroyant des subventions basées sur des rapports financiers annuels ne reflétant pas la réalité.

En faillite

Le gouvernement a tenté de récupérer l'argent en s'adressant à la Cour supérieure, mais la femme de 54 ans a entretemps déclaré faillite.

De plus, les avocats de Josée Lévesque ont déposé une requête en rejet de poursuite, puisque le gouvernement avait mis trop de temps avant d'intenter son recours.

Alors que le débat sur la prescription devait avoir lieu, le gouvernement s'est finalement désisté.

Revenu Québec a quand même obtenu une saisie de certains biens de la femme et de son conjoint, pour récupérer une créance fiscale de 674 000 dollars.

Outrageusement dépensiers

L'organisme provincial a fait savoir que les conjoints sont outrageusement dépensiers et qu'ils ont un mode de vie ostentatoire pour obtenir la saisie des leurs biens.

Le couple possédait plusieurs véhicules, selon le document de la Cour, malgré des revenus relativement modestes.

Josée Lévesque aurait profité de son poste pour détourner les fonds entre octobre 2008 et novembre 2015.

Son conjoint ne fait face à aucune accusation criminelle, relativement à cette fraude alléguée.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.