•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois se verront à Noël, mais pas au jour de l’An

Les mesures sanitaires actuelles seront maintenues pendant toute la période des Fêtes.

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, le premier ministre, François Legault, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge.

Les Québécois auront quatre jours pour se voir pendant les Fêtes.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

François Legault a tranché. Des rassemblements en famille ou entre amis d'un maximum de 10 personnes seront permis du 24 au 27 décembre, a annoncé le premier ministre jeudi en compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, et du ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge.

Pour ce faire, les Québécois seront toutefois invités à respecter un confinement volontaire de sept jours avant et après cette période, soit du 17 décembre au 23 décembre, ainsi que du 28 décembre au 3 janvier.

C’est donc dire que les rassemblements seront finalement interdits au jour de l’An, contrairement à l'un des deux scénarios qui étaient encore à l'étude jeudi matin.

Ce soir-là, on regarde le Bye bye, a lancé le premier ministre. Et on essaye d'oublier 2020, a ajouté le ministre Dubé.

Un calendrier de décembre indiquant les consignes selon la période du mois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le calendrier des Fêtes des Québécois

Photo : Gouvernement du Québec

Les mesures sanitaires actuelles seront maintenues pendant toute la période des Fêtes. Ainsi, les restaurants, les salles de spectacle et les gyms resteront fermés jusqu'au 11 janvier dans les zones rouges. Il y a trop de cas et il y a trop de pression encore sur le réseau de la santé, a expliqué M. Legault.

Les « partys de bureau » seront également interdits pendant le temps des Fêtes, et les déplacements d'une région à l'autre ne seront pas recommandés.

Cette annonce du gouvernement du Québec à propos des rassemblements permis à Noël mécontente le cabinet du premier ministre du Canada, Justin Trudeau. Vendredi, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) rendra publique une projection pessimiste : le nombre de cas quotidiens au pays pourrait atteindre 60 000 si les contacts sociaux augmentent.

S'échanger des cadeaux, pas le coronavirus

C'est un contrat moral que François Legault propose aux Québécois afin de célébrer le temps des Fêtes sans provoquer une flambée de COVID-19.

Le premier ministre a justifié sa décision jeudi en expliquant, lors d'une conférence de presse, que les Québécois avaient besoin de faire le plein d'énergie et que la famille était à la base de la nation.

On prend un risque d'augmentation des cas [...], mais on comprend qu'on ne peut pas empêcher les gens de se voir, a résumé le Dr Arruda.

Ainsi, les Québécois pourront théoriquement voir neuf autres personnes différentes les 24, 25, 26 et 27 décembre, pour un total de 36 contacts en quatre jours. Mais moins on a de réunions pendant ces quatre jours-là, mieux c'est, a avancé le Dr Arruda.

C'est pas parce qu'on vous permet de fêter quatre jours que vous devez nécessairement fêter quatre jours.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

En ce qui concerne l'isolement volontaire demandé aux Québécois une semaine avant et une semaine après Noël, le premier ministre sollicite la collaboration des employeurs. Les entreprises où il est possible de faire du télétravail ou qui pourraient réduire [leurs] activités sont invitées à le faire.

Des vacances différentes pour les élèves

En vertu du plan retenu, les écoles du Québec seront fermées à partir du jeudi 17 décembre. Cependant, l'enseignement à distance devra être offert pendant quatre jours, c’est-à-dire jusqu’au 22 décembre inclusivement.

L’école primaire reprendra comme prévu le lundi 4 janvier, alors que le secondaire fera de même le lundi suivant, le 11 janvier. Cette semaine à la maison se déroulera elle aussi sous le signe de l'enseignement à distance, a précisé le ministre Roberge.

J'insiste, ce ne sera pas des vacances : il y aura du travail de donné aux élèves.

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation

Plus tôt dans la journée, tant les syndicats que les comités de parents et les directions d'écoles avaient plaidé pour que le congé des Fêtes ne soit pas prolongé; ils ont poussé un soupir de soulagement en fin de journée.

Avec la pandémie, le Québec enregistre une hausse fulgurante du taux d'échec dans les écoles secondaires, mais le ministre Roberge affirme que plusieurs mesures ont été mises en place pour favoriser la réussite des élèves.

On a embauché des professionnels, on a décentralisé la prise de décision, on a remis les écoles entre les mains des équipes-écoles, a-t-il énuméré. Je pense que ça va avoir un impact sur la réussite.

Enfin, les services de garde en milieu scolaire demeureront ouverts pendant les Fêtes, mais seuls les travailleurs essentiels pourront en bénéficier, selon une précision fournie par le ministère de la Famille en fin de journée. Les centres de la petite enfance et les garderies privées seront également ouverts selon l'horaire normal.

Ne pas se faire dépister sans raison

À ceux qui prévoyaient se faire dépister par mesure de précaution avant de passer le réveillon de Noël avec leurs grands-parents, le gouvernement recommande d'éviter de le faire.

Le ministre Dubé a rappelé jeudi qu'il fallait avoir des symptômes de la COVID-19, avoir eu un contact étroit avec une personne atteinte de la COVID-19 ou avoir reçu une demande de la santé publique de faire un test avant de se rendre dans un centre de dépistage.

On ne va pas se tester juste pour être certain qu'on n'a pas la COVID, a-t-il répété.

De toute façon, il est très dangereux de penser qu'un test négatif nous empêche de contaminer quelqu'un, a prévenu le Dr Arruda, expliquant que les tests ne pouvaient pas détecter le virus pendant sa période d'incubation et qu'ils produisaient encore aujourd'hui un taux considérable de faux négatifs.

Les autorités de santé publique diffuseront bientôt des conseils pour passer un temps des Fêtes sécuritaire. Car une fois réunis, les Québécois devront tout de même respecter les consignes de la santé publique en ce qui a trait à la distanciation physique, au port du masque et au lavage des mains, a prévenu le Dr Arruda.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une femme marche devant les décorations de Noël d'un immeuble.

Congés des fêtes : réunions à Noël seulement et maintien du calendrier scolaire

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le calendrier présenté jeudi devra être suivi tel quel, a répondu le premier ministre à un journaliste anglophone qui lui demandait si certains Québécois, plutôt que de rassembler du 24 au 27 décembre, pourraient choisir de se voir pendant la fête juive de Hanoukka, qui se déroulera cette année du 10 au 18 décembre.

On vit une situation critique, a rappelé François Legault. On croit qu'on peut permettre les rassemblements pendant quatre jours seulement et on s'est dit que la majorité des Québécois seraient heureux que ces quatre jours soient à Noël.

Le plan du gouvernement pourrait toutefois changer si la situation sanitaire se détériore significativement d'ici le 24 décembre au point où elle excéderait la disponibilité hospitalière, a averti le Dr Arruda. C'est très clair que c'est conditionnel aux efforts qu'on va faire d'ici Noël, a-t-il insisté.

Jeudi, le Québec a recensé 1207 nouvelles infections ainsi que 34 décès supplémentaires. Pour la première fois, c'est le Saguenay–Lac-Saint-Jean qui apparaît au sommet des régions les plus touchées, avec 241 cas, contre 200 à Montréal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !