•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je tiens à confirmer la gravité de la situation sur le terrain »

Hugo Villeneuve, Julie Labbé et Donald Aubin.

Le Dr Hugo Villeneuve, vice-président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens, Julie Labbé, présidente-directrice générale du CIUSSS et le Dr Donald Aubin, directeur régional de santé publique.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le vice-président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens au Saguenay-Lac-Saint-Jean affirme que le système de santé est mis à rude épreuve avec l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 dans la région.

Au nom de mes collègues médecins, je tiens à confirmer la gravité de cette situation sur le terrain , a lancé le Dr Hugo Villeneuve, qui craint un point de non-retour.

Lors d’un point de presse des autorités régionales de la santé publique, le radio-oncologue a imploré la population de respecter les mesures sanitaires de distanciation physique et de lavage des mains, s’ils ne le font pas déjà. Il prévient que les conséquences pourraient être désastreuses.

Il a dit être témoin chaque jour d’une situation extrêmement fragile et de plus en plus critique.

« Les équipes travaillent d’arrache-pied pour garder le bateau à flots. »

— Une citation de  Dr Hugo Villeneuve, radio-oncologue et président du Conseil des médecins et pharmaciens du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Selon le Dr Villeneuve, la situation sanitaire vécue actuellement place un poids énorme sur le système de santé régional, alors que de nombreux services ont dû être mis sur pause.

Actuellement, le nombre de patients avec une maladie sévère engorge littéralement le système. Pourquoi? Parce qu’il manque beaucoup de monde. À la fois, il y a la demande en hospitalisations qui augmente, le nombre de personnes en soins intensifs qui augmente et un manque de ressources , a fait valoir le spécialiste.

Le CIUSSS évalue à environ 250 le nombre d'employés du réseau présentement absents en raison de la COVID-19. On s'attend au retour d'une centaine la semaine prochaine.

Transferts vers Québec

Même si le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean n’envisage pas dans l’immédiat de transférer des patients vers Québec, il reconnaît que cette possibilité pourrait survenir à court terme en cas de débordement.

On est capable de s’occuper des gens de manière exceptionnelle en ce moment. Mais est-ce qu’on va avoir un rebond? Actuellement, on est capable de prendre en charge tout ce monde-là […]. Mais on a une épée de Damoclès qui pend au-dessus de nos têtes et c’est pour ça qu’on demande l’aide de la population. , a poursuivi le Dr Villeneuve.

Le CIUSSS régional planche sur des scénarios pour augmenter sa capacité d’accueil en soins intensifs. Il souhaite hausser le nombre de lits de 10 à 12 à Chicoutimi. Sept lits seront ouverts à l’hôpital de Jonquière lors de la mise en place d'une zone chaude au cours des prochains jours. Au total, la région devrait compter une soixantaine de lits réservés aux patients atteins de la COVID-19.

La présidente-directrice générale du CIUSSS, Julie Labbé, discute avec la direction du ministère de la Santé et des Services sociaux chaque jour.

On est en en train de remoduler nos services pour augmenter nos capacités de lit. Il n’est pas question de transferts, mais on est à risque , confirme-t-elle.

Tel qu’établi lors de la première vague, l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec est prêt à accueillir des patients de la région.

L'air grave

Au cours du point de presse, la PDG du CIUSSS, le directeur de la santé publique et le spécialiste désigné par ses collègues pour porter la voix des médecins affichaient tous un air grave. Un ton qu’impose la situation, croit le Dr Donald Aubin, qui l’a qualifiée d’unique et de sans précédent .

Il faut rester attentif à la situation épidémiologique. Il ne faut pas baisser la garde. Il faut même redoubler d’efforts. Le personnel de la santé a besoin de notre rigueur […]. Chaque geste compte actuellement. Je le répète. Chaque geste compte. L’effort collectif est nécessaire pour sauver des vies humaines , a imploré le directeur régional de la santé publique. Il a rappelé l’importance de s’isoler dès l’apparition de symptômes du coronavirus ou durant l'attente du résultat d'un test de dépistage.

Même si la situation dégénère au Saguenay Lac-Saint-Jean, avec l’explosion des cas, l’ajout de nouvelles mesures sanitaires n’est pas prévu pour l’instant. La progression de la situation est surveillée de près par les autorités de santé publique.

En plus d'une soixantaine de membres de la Croix-Rouge qui arriveront en renfort au cours des prochaines heures en CHSLD et en résidence privée pour personnes âgées, une trentaine de membres du personnel infirmier répartis aux quatre coins de la région et des infirmières des groupes de médecine familiale (GMF) viendront soutenir le réseau, grandement fragilisé.

Noël

Alors que le premier ministre du Québec, François Legault, s'apprête à annoncer un plan pour le temps des Fêtes, avec des rassemblements permis de dix personnes à Noël, la santé publique ne souhaite pas faire bande à part, même si, en chiffres absolus, le nombre de nouveau cas en région, jeudi, dépassait celui de Montréal (200).

Le premier ministre a d'ailleurs indiqué, plus tôt cette semaine, qu'il voulait garder les choses simples et qu'il n'y aurait pas de plan à la carte, selon les paliers d'alerte des régions.

Le directeur régional de la santé publique ne croit pas qu'il y aura explosion des cas en raison des regroupements à Noël, mais convient qu'il pourrait y avoir une incidence sur les bilans subséquents.

Est-ce qu’il y aura une baisse? Sûrement pas. Est-ce que ça va se stabiliser, c’est à voir , a indiqué le Dr Aubin, en lien avec la situation actuelle et sa progression.

Donald Aubin considère néanmoins que les gens de la région doivent se permettre de voir leurs proches à Noël.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !