•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Sept-Îles ne croit pas à l’idée d’une corporation agricole

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une serre remplie de plants de tomates.

Des jeunes sont allés prêter main-forte dans les entreprises agricoles cet été.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Un agriculteur de Sept-Îles lance l'idée que la Ville crée une corporation municipale pour soutenir l'agriculture sur son territoire. Une idée que le maire de Sept-Îles rejette même s'il comprend les importants défis du développement de l'agriculture sur la Côte-Nord.

Denis Picard raconte que le canton Arnaud, où il réside, accueillait autrefois de nombreuses fermes qui nourrissaient localement la population de Sept-Îles.

Une filière agricole qui a largement disparu avec l'arrivée de l'industrie minière et la transformation de l'économie régionale.

Le maraîcher, qui élève aussi des poules pondeuses, rêve que sa municipalité renoue avec l'agriculture et croit que la Ville devrait fonder une corporation qui serait dédiée au projet.

Cette instance-là permettrait un transfert de connaissance premièrement. Tous ceux qui veulent devenir une relève, une jeunesse au niveau agricole, vont avoir une porte d'entrée, pour savoir ou cogner, savoir quoi faire, suggère M. Picard.

Denis Picard se tient droit devant son terrain.

Denis Picard aimerait que l'agriculture se développe davantage sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Pas la structure idéale selon la Ville

La Ville de Sept-Îles compte déjà des corporations qu'elle finance, notamment dans les secteurs du développement économique, du tourisme et de l'environnement.

Le maire Réjean Porlier croit toutefois que l'agriculture ne relève pas assez directement des responsabilités municipales pour justifier la création d'une telle structure et les coûts qui y seraient associés.

Je ne veux pas avoir sur mes épaules un dossier de développement d’une zone agricole. Je ne connais absolument rien là dedans et, de toute façon, je me dis que les gens dédiés et passionnés par l’agriculture, il y en a, indique M. Porlier.

De réunir ces gens-là, de jouer le catalyseur, je ne vois pas de problème avec ça. Mais on ne se bâtira pas une corporation municipale, parce qu’il y a aussi des coûts associés à ça, justifie le maire de Sept-Îles.

Au sujet de l'autonomie alimentaire régionale et de l'importance d'épauler la relève agricole, le maire de Sept-Îles partage l'avis de Denis Picard.

Le maire de Sept-Îles dans son bureau.

Réjean Porlier ne croit pas que la Ville de Sept-Îles devrait développer une corporation agricole.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Tout ce qu’on pourrait produire ici, il y aurait une plus-value à le faire, juge le maire, qui remarque aussi un engouement pour l'agriculture chez plusieurs jeunes dans la région.

Du côté de la section locale de l’Union des producteurs agricoles (UPA), on pense que l’idée d’une corporation municipale pour l’agriculture est louable.

Le président de la section locale, Yves Laurencelle, pense que la priorité en ce moment pour les agriculteurs de Sept-Îles devrait être la création d'un Plan de développement de la zone agricole (PDZA), avec la MRC de Sept-Rivières.

Il s'agit d'un document qui permettrait de planifier la mise en valeur des activités agricoles sur son territoire.

Un projet que priorise également la Ville de Sept-Îles, à travers la MRC dont elle fait partie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !