•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des banques alimentaires pour les compagnons à poils

Un chien au regard triste regardant par la fenêtre (archives).

Avec les défis financiers que la pandémie peut engendrer, acheter de la nourriture pour son animal de compagnie pèse parfois encore plus lourd sur le budget des propriétaires (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de la Saskatchewan met en place un service de banque alimentaire d’urgence pour animaux.

L’organisme espère ainsi pouvoir aider les propriétaires qui rencontrent des difficultés financières dues à la pandémie.

Le projet, annoncé mardi, s’est mis en place avec la coopération des banques alimentaires de la Saskatchewan.

Huit d’entre elles ont déjà accepté de participer à l’initiative.

Nous savons que certains propriétaires d’animaux ont besoin d'aide, dit Josh Hourie, coordonnateur des relations communautaires pour la SPCA de la province. Notre objectif est de permettre aux familles de rester ensemble. De notre point de vue, les animaux sont aussi des membres à part entière des familles.

L’organisme de protection des animaux reconnait que certaines petites banques alimentaires offraient déjà un service semblable, mais rien n’existait encore au niveau provincial.

Une campagne de financement aura également lieu. Les dons en argent serviront à acheter de la nourriture et à la transporter. Certaines banques alimentaires participantes acceptent également les dons de nourriture.

Pour le moment, la SPCA peut compter sur la coopération de Carlyle & District Food Bank, Fort Qu'Appelle Food Bank, Maple Creek Food Bank, Moosomin Food Share, Nipawin Salvation Army Food Bank, Rosthern Good Neighbours Food Centre et Swift Current Salvation Army Food Bank.

D’autres banques alimentaires sont les bienvenues à se joindre à l’initiative.

Avec les informations de Theresa Kliem.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !