•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femme autochtone frappée : le ministre de la Justice promet une meilleure formation

La femme est couchée au sol et trois agents l'accompagnent.

Dans la vidéo, on voit un agent de sécurité donner un coup de poing au visage de Genesta Garson. Alors qu'elle s'effondre, sa tête heurte le mur, puis le sol de ciment.

Photo : Gendarmerie royale du Canada (GRC)

Radio-Canada

Le ministre de la Justice du Manitoba, Cliff Cullen, s’engage à offrir une meilleure formation aux agents de sécurité communautaire à la suite de la publication d’une vidéo montrant une femme autochtone frappée dans un détachement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Thompson.

Le ministre de la Justice promet une meilleure surveillance des agents de sécurité communautaire. Cependant, il affirme ne pas être prêt à enquêter davantage sur le cas précis de Genesta Garson. Cette femme autochtone de 19 ans de la Nation des Cris Tataskweyak a été frappée par un agent de sécurité communautaire le 6 janvier 2018.

La vidéo fait notamment apparaître un possible manque de formation des agents.

Comme les autres Manitobains, j’ai trouvé cela dérangeant et regrettable pour plusieurs raisons, a avoué le ministre.

Le ministère de la Justice du Manitoba prend cela vraiment au sérieux. Nous avons fait notre propre travail de recherche pour voir comment les choses se sont déroulées après l’incident.

Cliff Cullen, ministre de la Justice

Deux agents de sécurité communautaire ont transporté Genesta Garson, soupçonnée d’être ivre, dans un détachement de la GRC à Thompson.

Sur les images obtenues et dévoilées par Radio-Canada/CBC, on peut voir Genesta Garson hésiter à se dévêtir à la demande d’agents de sécurité de la Ville de Thompson et d'une agente de la police fédérale.

À un moment, elle lance sa ceinture en direction de l’un d’entre eux et celui-ci réagit en la frappant au visage. Assommée, celle-ci s'effondre pendant que sa tête cogne contre le mur, puis sur le sol en ciment.

Attention : cette vidéo contient des images qui pourraient choquer.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La femme est couchée au sol et trois agents l'accompagnent.

Le ministre explique que la province est en train de revoir la Loi sur les services de police. Cette loi détermine quels cas sont pris en charge par l’Unité d’enquête indépendante du Manitoba.

Il y a peut-être un petit manque de supervision dans cette législation. Il n’existe pas vraiment d’entité pour surveiller les actes des agents de sécurité communautaire.

Cliff Cullen, ministre de la Justice

Je pense que cet incident nous a donné l’occasion de mettre en lumière la situation, ajoute Cliff Cullen. Nous sommes en train de travailler pour que ces agents reçoivent une formation appropriée. Le but est de prévenir ce genre de problème.

En 2016, avec l’aide de subventions provinciales et à la suite de modifications à la Loi sur les services de police, des agents de sécurité communautaire ont été déployés à Thompson.

Cet ajout avait pour but de diminuer une certaine charge de travail qui pesait sur les agents de la GRC et de leur permettre de se concentrer sur les enquêtes et les crimes.

Le ministre assis sur une table avec des documents devant lui.

Le ministre de la Justice, Cliff Cullen, veut attendre de voir le dénouement de la poursuite avant d'agir.

Photo : CBC/Radio-Canada

Les agents de sécurité communautaire peuvent, grâce à la Loi sur la détention des personnes en état d’ébriété et à la Loi sur la santé mentale du Manitoba, détenir des personnes dans un détachement de la GRC.

Les agents de sécurité communautaires étaient d’abord payés par le gouvernement provincial. Ils sont maintenant payés par la Ville de Thompson. Ces agents reçoivent une formation de trois semaines, et la Ville leur offre un programme de formation sur la diversité et sur la façon d’utiliser la force au travail.

La députée Nahanni Fontaine, porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice pour le parti néo-démocrate, croit que le ministre devrait utiliser la Loi sur les services de police pour ordonner une enquête sur le cas de Genesta Garson.

De son côté, Cliff Cullen dit vouloir attendre le dénouement de la poursuite intentée par la victime avant d’agir.

La poursuite, qui demande des dommages-intérêts, nomme la GRC, la Ville de Thompson, le procureur général du Canada, David Lametti, les deux agents de sécurité communautaire et l’agente de la GRC.

La GRC s’est aussi engagée à revoir de plus près l’incident.

Avec les informations de Kristin Annable

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !