•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quitter sa résidence pour aînés par crainte d’un autre confinement

Des personnes âgées ont choisi de quitter leur résidence pour aînés pour aller habiter en appartement ou chez un proche. Habituellement, c'est plutôt le phénomène inverse que l’on observe, mais la crainte d’un reconfinement en pousse plusieurs à choisir cette option.

Gros plan sur la main d'une personne agée qui joue à un puzzle.

En mars dernier, les gens âgés de 70 ans et plus ont été invités à ne plus sortir de chez eux, ce qui a entraîné beaucoup d’isolement.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Colette Savard St-Onge vient tout juste d'emménager chez sa fille, après 7 ans passés dans une résidence pour personnes âgées à Trois-Rivières.

Avant la pandémie, j'étais très heureuse en résidence, affirme la dame.

Durant le confinement, au printemps dernier, Colette Savard St-Onge a régressé aux niveaux moteur et cognitif. Mais depuis qu’elle a déménagé chez sa fille, il y a deux semaines, elle sent qu’elle va mieux. Je reprends des forces, dit-elle.

S'il devait y avoir un autre confinement, cette fois, elle sera entourée de sa fille et de ses trois petits-enfants, ce qui l'aidera à conserver un bon moral malgré les restrictions.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Lise St-Onge et Colette Savard St-Onge en entrevue à Radio-Canada, assises à la table devant un micro.

Le reportage de Marie-Ève Trudel

Photo : Radio-Canada

Colette Savard St-Onge et sa fille se donnent un an pour tenter l'expérience de la cohabitation.

Je veux que [ma mère] prenne le temps de décider vraiment ce qu'elle veut faire, affirme Lise St-Onge. Et si elle est bien ici au bout d'un an, ça va être ici son foyer!

Un phénomène qui prend de l’ampleur

Colette Savard St-Onge n'est pas la seule à avoir quitté sa résidence pour aînés depuis le début de la pandémie.

La direction de la résidence Chartwell les Jardins Laviolette, à Trois-Rivières, estime que 20 % des plus récents départs sont liés à la pandémie.

Ils sont partis parce qu'ils avaient peur de se faire reconfiner totalement. Ils avaient peur de ne pas pouvoir revoir leurs enfants, explique le directeur général, Serge Lacroix.

En mars dernier, les gens âgés de 70 ans et plus ont été invités à ne plus sortir de chez eux, ce qui a entraîné beaucoup d’isolement.

D'après le reportage de Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !