•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission du maire de Pierreville : les propos homophobes dirigés contre lui dénoncés

L'homme qui regarde l'objectif pour une photo.

Éric Deschesneaux a défait le maire sortant André Descôteaux en récoltant 57 % des voix en novembre 2017.

Photo : Facebook/Eric Descheneaux Maire de Pierreville

Radio-Canada

Après trois ans passés à la tête de la Municipalité de Pierreville, dans le Centre-du-Québec, Éric Deschesneaux souhaite quitter son poste.

Le maire en a fait l’annonce mercredi soir sur son compte Facebook. Il compte quitter à la fin du mois de décembre.

Il écrit qu’il a pris cette décision à la suite d’allégations, de méchanceté, de médisance. Éric Deschesneaux affirme que certains groupes et conseillers ont tout fait pour me mettre des bâtons dans les roues

Il prend aussi le temps de mentionner que la majorité des gens avec qui il a collaboré étaient bien intentionnés et avaient à coeur le développement de la Municipalité.

Le maire déplore les mauvaises réactions suscitées par son voyage à l'étranger, dans le Sud.

J’ai pris du temps loin de tout, soit une semaine, pour me refaire une santé, mais depuis une semaine, les méchancetés pleuvent de tous côtés, écrit-il sur sa page Facebook. On me donne mauvaise presse, moi qui ne voulais que prendre un peu de distance pour refaire mon énergie pour continuer, en ces temps difficiles pour nous tous, permettant d’être encore plus présent pour vous tous.

Il déplore que son homosexualité soit prise pour cible. On m’attaque sur mon intégrité et même sur les médias sociaux dû à mon orientation, prétend-il avant d’ajouter qu’il était fier de mentionner sur toutes les tribunes que les gens de Pierreville avaient élu un maire gai marié.

Il y a des limites à ce qu’une personne peut endurer mentalement et physiquement. J’ai une santé fragile due à la sclérose en plaques, confie aussi le maire.

Éric Deschesneaux a été élu maire de Pierreville en novembre 2017. Il avait défait le maire sortant André Descôteaux en récoltant 57 % des voix.

Une affiche où on peut lire municipalité de Pierreville.

Environ 2000 personnes habitent dans la Municipalité de Pierreville, située dans la MRC de Nicolet-Yamaska.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Les propos homophobes dénoncés

Le directeur général du Groupe régional d’intervention sociale (GRIS) Mauricie/Centre-du-Québec , François Vanier, déplore l'homophobie dirigée contre le maire Éric Descheneaux.

Rendu à 2020, on se doit de vivre dans une société inclusive et ouverte, des propos homophobes, de l'intimidation homophobe, il faut absolument que ce soit dénoncé, il ne faut pas garder cela caché, donc c'est important de dénoncer ces actes-là, a-t-il déclaré.

La conseillère municipale de Pierreville Marie-Pier Guévin-Michaud trouve aussi que c'est inacceptable.

En 2020, je ne peux pas croire où on en est rendu, de juger les gens pour leur orientation [sexuelle] et d'écrire des méchancetés là-dessus, dit-elle dans une vidéo publiée jeudi sur les réseaux sociaux, en réaction à l'annonce de la démission du maire.

Elle ajoute que, de façon générale, les élus de la Municipalité reçoivent des insultes, ce qui est très désagréable.

Comme conseillère, depuis trois ans déjà, on vit des choses vraiment difficiles. Il y a beaucoup de gens qui sont méchants.

Marie-Pier Guévin-Michaud, conseillère municipale à Pierreville

Depuis trois ans, c'est l'enfer ce qu'on vit, ajoute-t-elle. Ça n'incite pas les jeunes de mon âge à vouloir prendre la relève et à s'investir dans la Municipalité.

La conseillère municipale compte tout de même poursuivre son mandat au moins jusqu'aux prochaines élections. Elle rêvait depuis longtemps d'occuper cette fonction, pour suivre les traces de son grand-père.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !