•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résultats encourageants du vaccin d'AstraZeneca chez les plus âgés

Des fioles sur lesquelles on peut lire « COVID-19 Coronavirus vaccine injections only », avec le logo d'AstraZeneca en arrière-plan.

Après des résultats encourageants lors de la phase 2, le vaccin d'AstraZeneca est présentement en phase 3, dont les essais portent sur des milliers de personnes.

Photo : Reuters / DADO RUVIC

Agence France-Presse

Le vaccin contre la COVID-19 développé par AstraZeneca et l'Université d'Oxford provoque une réponse immunitaire chez les personnes les plus âgées, particulièrement à risque, selon des résultats publiés jeudi qui confirment des annonces déjà faites en octobre.

Ces résultats intermédiaires portent toutefois sur un stade de développement moins avancé (dit de phase 2) que ceux qui ont fait l'objet d'annonces spectaculaires ces dix derniers jours par les fabricants BioNTech/Pfizer et Moderna.

Tous deux ont assuré que leur vaccin est efficace à 95 % et 94,5 % en se basant sur les résultats du dernier stade des essais cliniques (la phase 3). Ces annonces n'ont pas encore fait l'objet d'une publication détaillée dans une revue scientifique.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Les résultats de la phase 2 du projet AstraZeneca/Université d'Oxford sont publiés jeudi par la revue médicale The Lancet. La principale conclusion : ce vaccin provoque chez les sujets les plus âgés (plus de 56 ans) une réponse immunitaire identique à celle qu'il déclenche chez les plus jeunes (18 à 55 ans).

Cette observation est importante, car comme le rappelle The Lancet les adultes les plus âgés ont un risque décuplé de faire une forme grave de COVID-19, et il est donc essentiel qu'un vaccin destiné à lutter contre cette maladie soit efficace dans ce groupe de population.

La réponse immunitaire déclenchée par les vaccins est souvent moins forte chez les adultes les plus âgés, car le système immunitaire s'affaiblit graduellement avec le temps.

Andrew Pollard, l'un des responsables de l'essai pour l'Université d'Oxford

Des résultats limités

Les chercheurs notent toutefois une limite à leur étude. La moyenne d'âge dans le groupe des participants les plus vieux était de 73 à 74 ans et peu d'entre eux avaient des problèmes de santé.

Il se pourrait donc qu'ils ne soient pas représentatifs de l'ensemble de la population âgée, dont les gens qui vivent dans des établissements spécialisés ou les plus de 80 ans, note The Lancet.

Un technicien habillé d'une combinaison et portant un masque observe une machine de loin.

Un technicien de laboratoire supervise les tests de remplissage et de conditionnement du vaccin contre la COVID-19 qui doit servir aux tests supervisés par l'Université d'Oxford et le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca.

Photo : afp via getty images / Vincenzo Pinto

Ces résultats devront donc être confirmés au sein d'un échantillon plus large de volontaires incluant des personnes âgées souffrant de problèmes de santé. C'est le but des essais de phase 3 actuellement en cours pour ce vaccin, qui portent sur des milliers de personnes.

La phase 2, elle, concernait 560 participants (160 âgés de 18 à 55 ans, 160 de 56 à 59 ans et 240 de plus de 70 ans). Ils avaient été répartis dans plusieurs groupes, où on leur a administré soit le vaccin soit un autre produit, pour pouvoir comparer et évaluer l'efficacité de celui-ci.

De son côté, l'alliance Pfizer/BioNTech a assuré mercredi que son propre vaccin était efficace chez les plus de  ans selon les résultats de phase 3, ce qui doit encore être confirmé par leur publication.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !