•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brampton, l'une des villes les plus touchées par la COVID-19 au pays

Patrick Brown en entrevue.

Le maire de Brampton, Patrick Brown

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Le médecin hygiéniste en chef de la région de Peel se dit « très préoccupé » par la situation à Brampton, qui a recensé récemment environ 200 cas de COVID-19 par jour.

Le Dr Lawrence Loh souligne que les hôpitaux de la région sont déjà remplis et que bien des travailleurs de la santé habitent à Brampton.

Ça me préoccupe profondément, parce que même si seulement 10 % de nos cas actifs nécessitent une hospitalisation, nos hôpitaux continueront à faire face à des défis, dit le Dr Loh.

Brampton a recensé plus de 12 700 cas depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 99 résidents sont morts, alors que plus de 10 700 personnes infectées sont maintenant guéries.

Du 31 mai au 7 novembre, le taux de tests de dépistage positifs à Brampton était de 13,3 %, selon la santé publique de Peel.

Des éclosions liées à des fêtes et à de grandes réceptions de mariage dans la région de Peel ont fait les manchettes au cours des derniers mois.

Le maire de Brampton, Patrick Brown, demande toutefois au public de ne pas montrer ses résidents du doigt. Brampton a un taux élevé de travailleurs essentiels, dit-il. Plutôt que de montrer du doigt des gens qui remplissent des services essentiels, on devrait se demander comment les aider.

Le premier ministre Doug Ford a indiqué mercredi qu'il annoncerait de nouvelles restrictions vendredi pour les régions de Peel et de York ainsi qu'à Toronto.

Barrière linguistique

Le site web de la santé publique de la région de Peel est en anglais, mais il offre des traductions automatiques en dix autres langues.

Toutefois, Maneet Chahal de l'organisme SOCH Mental Health, qui oeuvre auprès de la communauté sud-asiatique de Brampton, affirme que bien des résidents se fient davantage à des renseignements pas toujours fiables puisés sur des applications comme WhatsApp ou dans les médias de l'Inde.

L'iman Zahir Bacchus dit, lui, qu'il tente d'informer les résidents à la mosquée. On leur dit dans leur langue, pour qu'ils puissent comprendre, quelles sont les procédures médicales et les règles à respecter, raconte-t-il.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !