•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition demande le renvoi des élèves du secondaire à l’école à temps plein

Des élèves du secondaire dans une classe. Une adolescente à l'avant-plan semble préoccupée.

Au Nouveau-Brunswick, les élèves du secondaire vont à l'école un jour sur deux.

Photo : Getty Images / izusek

Radio-Canada

Les libéraux demandent au gouvernement Higgs de reprendre l’enseignement à temps plein pour les élèves du secondaire. Le critique en matière d’éducation Benoît Bourque estime que la santé mentale des jeunes est en jeu.

Il constate aussi que les retards dans l’apprentissage des élèves commencent à être graves.

Plusieurs élèves sont dans une situation précaire, a-t-il dit lors de la période de questions à l'Assemblée législative.

Une photo rapprochée de Benoît Bourque.

Benoît Bourque demande le retour des élèves en classe à temps plein (archives).

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le premier ministre Blaine Higgs et le ministre de l’Éducation Dominic Cardy ont tous les deux pointé que les chefs des partis d’opposition étaient à la table lorsque la décision d’imposer l’enseignement mixte a été prise dans le cadre du comité multipartite sur la COVID-19.

En août, le gouvernement a annoncé son plan de retour en classe. Ainsi les élèves de la maternelle à la 8e année vont à l’école à temps plein en fréquentant seulement leur classe-bulle, mais que les jeunes de la 9e à la 12e année doivent rester à la maison un jour sur deux, pendant lequel ils poursuivent des activités d’apprentissage en ligne.

Benoît Bourque pointe que plusieurs gouvernements ont priorisé l’enseignement à temps plein pour tous les élèves, argument que rejette le ministre.

D’autres gouvernements n’ont pas suivi notre exemple? Vous savez quoi? Nous sommes des leaders mondiaux dans notre réponse à la COVID-19.

Dominic Cardy, ministre de l'Éducation

Le Nouveau-Brunswick cité en exemple

Mercredi, deux journaux américains, le New York Times et Bloomberg News, ont cité l’exemple de la province dans sa réponse à la COVID-19. 

Dominic Cardy est fier du succès de la bulle atlantique. Il ne pouvait cependant pas confirmer si l’enseignement mixte avait contribué aux faibles nombres de cas dans la région.

Dominic Cardy.

Le ministre de l'Éducation du Nouveau-Brunswick Dominic Cardy

Photo :  CBC / Ed Hunter

C’est une mesure parmi plusieurs. Nous n’avons pas à ce point-ci de façon de mesurer les impacts de ces mesures, mais nos chiffres parlent d’eux-mêmes, se targue-t-il.

Ce à quoi le député libéral répond que si rien ne change:nous serons aussi des leaders en ce qui a trait aux problèmes de santé mentale chez les jeunes.

Plus de jeunes affectés par la COVID-19 à Moncton

Ces déclarations sont survenues quelques heures avant l’annonce de 9 nouveaux cas de COVID-19 dans la province, dont cinq dans la région de Moncton.

La médecin-hygiéniste en chef, Jennifer Russell, a indiqué jeudi matin en entrevue à l’émission La matinale qu’elle s’inquiète du nombre de jeunes qui sont touchés par la COVID-19.

On a 17 cas depuis lundi. On voit que la plupart sont des jeunes entre 20 et 39 ans. C'est vraiment inquiétant quand le nombre de cas augmente comme ça, car le travail pour les traceurs de contacts étroits devient de plus en plus difficile, indique Mme Russell.

Cependant, les jeunes du secondaire sont encore peu touchés par la maladie depuis le début de la pandémie.

Le comité multipartite sur la COVID-19 se rencontre jeudi et pourrait décider si la région de Moncton bascule dans la phase orange pour une troisième fois depuis le début du système de phases.

D'après des informations de Jacques Poitras de CBC et de La matinale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !