•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Magasiner à Moncton pour les Fêtes : les avis sont partagés

Quelques personnes dans un couloir examinent la vitrine d'une boutique.

Au centre commercial CF Champlain, à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, des autocollants sur le plancher aident la clientèle à respecter la consigne d'éloignement physique.

Photo : Autre banques d'images / Guy R. Leblanc

Radio-Canada

Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard recommande à ses concitoyens de ne pas magasiner à Moncton pour les fêtes, ce qui déçoit la Chambre de commerce pour le Grand Moncton.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Le premier ministre Dennis King a fortement recommandé aux gens de ne pas faire de voyage non essentiel à l’extérieur de la province insulaire parce que le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 ne cesse d’augmenter au Canada.

Vous n’avez pas besoin de faire votre magasinage des Fêtes à Moncton. Nous avons des magasins formidables ici à l’Île-du-Prince-Édouard, a lancé Dennis King, mardi, durant une conférence de presse.

Dennis King prononce une allocution.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, déconseille à ses concitoyens de faire leurs courses à Moncton pour les Fêtes à cause des risques de contagion de la COVID-19 (archives).

Photo : CBC/Laura Meader

C’est décevant pour les commerçants de la région, selon le PDG de la Chambre de commerce pour le Grand Moncton, John Wishart.

Il dit douter que les propriétaires d’entreprises touristiques à l'Île-du-Prince-Édouard aimeraient entendre le premier ministre du Nouveau-Brunswick recommander à ses concitoyens de ne pas visiter leur province l’été prochain parce qu’il y a un impact sur l’économie de chaque côté.

John Wishart a été interviewé mercredi, quelques heures après que la Santé publique du Nouveau-Brunswick a annoncé le dépistage de la COVID-19 chez neuf personnes de plus dans la province, dont cinq dans la région de Moncton.

La région de Moncton comptait mercredi 21 cas actifs de COVID-19 et il est bien possible qu’elle retourne dans la phase d’alerte orange, estime la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell. La phase orange comprend des mesures de restriction plus sévères que la phase jaune qui est en vigueur à l’heure actuelle.

Des relations commerciales de longue date

John Wishart croit que le commerce qui marque les relations entre les deux provinces depuis des décennies, voire depuis des siècles, peut se poursuivre. Il indique qu’un grand nombre de voitures garées devant le centre commercial CF Champlain à Dieppe chaque fin de semaine en novembre et en décembre ont une plaque d’immatriculation de l’Île-du-Prince-Édouard.

Un camion sur le pont s'apprête à passer sous l'affichage numérique d'un message rappelant l'état d'urgence.

Le message affiché en mars 2020 sur le pont de la Confédération qui mène à l'Île-du-Prince-Édouard demande aux voyageurs de respecter les ordres de santé publique.

Photo : Getty Images / shaunl

Mais il y a toujours un risque que l’augmentation du nombre de gens dans une région provoque une éclosion, selon la Dre Russell.

C’est toujours un risque durant une pandémie. On sait que les événements de [super-contaminateurs] peuvent arriver n’importe quand. Alors, il faut toujours être préparé pour le risque qu’une éclosion commence et qu’une éclosion pourrait voyager entre les zones, surtout si à un endroit comme Moncton il y a beaucoup de personnes qui font du magasinage, affirme Jennifer Russell, jeudi, durant une entrevue à l’émission La matinale, d’ICI Acadie.

Selon M. Wishart, la libre circulation des consommateurs dans les provinces de l’Atlantique est essentielle pour soutenir l’économie, car ces provinces ne comptent pas plusieurs millions de résidents chacune.

John Whishart.

Selon John Wishart, président-directeur général de la Chambre de commerce pour le Grand Moncton, les Prince-Édouardiens peuvent magasiner dans la région en sécurité si toutes les consignes de la Santé publique sont respectées.

Photo : Site web de la Chambre de commerce pour le Grand Moncton

Aussi longtemps que nous continuons de prendre les précautions recommandées par la Santé publique dans les deux provinces, nous pouvons rester en sécurité et appuyer l’économie, affirme John Wishart.

Selon lui, tous les propriétaires de commerces jugent que la sécurité de leur clientèle est primordiale.

John Wishart s’attend à ce que la question du maintien de la circulation des consommateurs retienne l’attention de la Chambre de commerce de l’Atlantique au cours des prochains mois.

Avec des renseignements de Carolyn Ryan, de , et de l’émission La matinale, d’ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !