•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PDG d’AIMCo quittera ses fonctions après une perte de 2,1 G$

Kevin Uebelein.

Kevin Uebelein a reçu 3,4 millions de dollars en 2018 et 2,8 millions de dollars en 2019, selon les rapports annuels d'AIMCo.

Photo : Alberta Investment Management Corporation

Radio-Canada

Le président-directeur général de l'Alberta Investment Management Corporation (AIMCo), Kevin Uebelein, quittera la société, d'ici la fin du mois de juin 2021. La société de gestion des investissements a encaissé de lourdes pertes cette année.

Kevin Uebelein, PDG d'AIMCo depuis 2014, s'est entendu avec le conseil d'administration pour entamer le processus de transfert de la direction, a déclaré mardi le porte-parole de l’entreprise, Denes Nemeth.

AIMCo reste entre des mains très compétentes avec Kevin qui restera à la barre jusqu'à cette date et il a tout le soutien du conseil d'administration et de la direction pour continuer à faire avancer les nombreuses priorités qui nous attendent, écrit-il dans une déclaration.

La société d’investissement appartenant au gouvernement albertain gère notamment le Fonds du patrimoine de l’Alberta, le Heritage Savings Trust. La société investit également de l'argent dans les caisses de retraite de plus de 300 000 travailleurs du secteur public albertain.

Selon les rapports annuels d'AIMCo, Kevin Uebelein a reçu 3,4 millions de dollars en 2018, et 2,8 millions de dollars, en 2019.

Denes Nemeth a déclaré que le conseil d'administration commençait immédiatement à rechercher son remplaçant et que le fait de quitter l’entreprise était la décision de M. Uebelein et pas celle du conseil d'administration.

Aucune information en lien avec la date de fin du mandat ou d'éventuelles indemnités de départ n’a été divulguée.

AIMCo fait l'objet d'un examen minutieux depuis le printemps après que les gestionnaires de placements eurent perdu 2,1 milliards de dollars en raison d’une stratégie d'investissement risquée connue sous le nom de VOLTS.

La stratégie a coûté 411 millions de dollars au fonds du patrimoine de la province et contribué en partie à ce que le pécule de l'Alberta atteigne sa valeur la plus basse en huit ans au printemps.

Un autobus scolaire.

L'Alberta veut obliger les enseignants à transférer leur régime de pension à AIMCo.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

La société fait, de plus, l'objet d'un examen public et politique supplémentaire depuis que le gouvernement du Parti conservateur uni a adopté un projet de loi en 2019 exigeant que le fonds de pension des enseignants de l'Alberta soit géré par AIMCo. Environ 83 000 enseignants actuels et retraités sont touchés par le changement, qui devrait être achevé en 2021.

Le gouvernement étudie également la possibilité de créer un régime de pension public provincial et de retirer l'Alberta du Régime de pensions du Canada (RPC). Un régime de retraite géré par l'Alberta pourrait être géré par AIMCo.

En septembre, le gouvernement a lancé une demande de propositions pour qu'un entrepreneur étudie les risques, les avantages et les exigences potentiels de l'établissement d'un régime de retraite provincial. Si les avantages l'emportent sur les risques, le gouvernement a déclaré qu'il soumettra la question à un référendum provincial en 2021.

Ces mesures ont suscité des réticences de la part du public et ont déclenché des campagnes demandant au gouvernement de rester à l'écart des régimes de retraite.

Christina Grey.

Christina Grey, du NPD albertain, dénonce un possible régime de pension public provincial en remplacement du Régime de pensions du Canada.

Photo : Radio-Canada

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de travail et d'immigration, Christina Gray, a déposé cette année un projet de loi d'initiative parlementaire visant à mettre un terme aux démarches, mais le gouvernement l'a rejeté.

Mardi, elle a déclaré que le départ de Kevin Uebelein soulève des questions sur les conseils que la société a donnés au gouvernement en ce qui a trait à la consolidation de plus d’actifs gérés par AIMCo.

En juillet, Christina Gray et ses collègues du caucus ont remis au bureau du premier ministre une liste de 36 000 noms signés en guise de pétition préconisant l'arrêt des modifications aux régimes de retraite. Elle a déclaré qu'AIMCo devrait être plus transparent sur les causes et les conséquences de la perte d'investissement de 2,1 milliards de dollars.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !