•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hockeyeuse Annie Guay se joint au personnel d’entraîneurs des Gaillards

Annie Guay sourit, debout dans les estrades de l'aréna.

La nouvelle entraîneuse adjointe des Gaillards, la hockeyeuse originaire de Rouyn-Noranda Annie Guay.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

L’équipe de hockey des Gaillards du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue agrandit son équipe d'entraîneurs : la hockeyeuse originaire de Rouyn-Noranda, Annie Guay, rejoint la formation dirigée par Maxime Boisclair en tant qu’entraîneuse adjointe.

Près de 10 ans après avoir accroché ses patins en tant que joueuse, la Rouynorandienne deux fois championne de la Coupe Clarkson est heureuse de les enfiler à nouveau, cette fois dans un rôle d’entraîneuse d’une équipe compétitive.

Je me suis souvent impliquée, tout au long de ma carrière, avec les plus jeunes enfants au sein de diverses écoles de hockey à travers le Québec. De coacher au niveau compétitif, je savais que c’était demandant, mais ça fait partie de qui je suis, de transmettre mon savoir à des jeunes qui compétitionnent, qui veulent aller plus loin et qui ont des objectifs à atteindre , précise-t-elle.

Pour écouter l'entrevue avec Annie Guay sur nos ondes à Région zéro 8, cliquez ici.

L'entraîneur-chef de la formation des Gaillards, Maxime Boisclair, indique ne pas avoir hésité longtemps lorsque la candidature d'Annie Guay lui est parvenue. En plus de ses excellentes connaissances sur le plan technique, son apport plus personnel auprès des joueurs est indéniable d’après l’entraîneur.

C’est sûr qu’Annie apporte une touche plus minutieuse, plus détaillée. Elle est vraiment portée sur les détails, sur les joueurs. Je pense qu’elle a une bonne écoute, sans doute son côté maternel. Elle a une bonne oreille auprès de nos joueurs, qui sont peut-être des fois plus enclins à aller parler de leurs problèmes personnels à Annie plutôt qu’à moi , observe l’entraîneur.

L'entraîneur Maxime Boisclair dessine sur un tableau tandis que les joueurs l'écoutent, agenouillés sur la glace.

L'entraîneur Maxime Boisclair donne des consignes à ses joueurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

L’arrivée d’Annie Guay au sein du personnel d’entraîneurs des Gaillards est également saluée par les joueurs. Selon le défenseur Étienne Bourque, l’ancienne hockeyeuse professionnelle est dotée d’un excellent sens de l’observation pour corriger certaines lacunes à l’entraînement.

Annie est venue à quelques pratiques déjà, et à chaque fois qu’elle voit quelque chose à améliorer chez un joueur, elle nous le dit tout de suite. Je pense que c’est vraiment bon, parce les années passées, on n’avait pas ça. Les entraîneurs observaient davantage le jeu collectif, mais là, on a quelqu’un qui regarde les petits détails, et ça, ça fait du bien pour s’améliorer encore plus, affirme le hockeyeur.

Avec la majorité de la province située en zone rouge, les Gaillards du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue sont présentement la seule équipe de leur division à pouvoir tenir des entraînements et des matchs. Annie Guay est d’abord reconnaissante de pouvoir continuer à sauter sur la glace chaque semaine, mais elle voit aussi dans cette situation particulière une opportunité de bien préparer l’équipe en vue d’un éventuel retour au jeu.

L’important, c’est de se positionner en mode gratitude, de pouvoir pratiquer le sport qu’on aime. À la base, c’est de faire ça parce qu’on aime ça et avoir du plaisir. En deuxième, étant donné qu’on est dans une ligue très compétitive, on veut profiter et capitaliser sur l’opportunité qu’on a devant nous d’être sur la glace au même rythme que si on avait une saison normale , soutient-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !