•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aventures de Tintin adaptées en radioromans

Tintin fait signe de garder le silence en mettant le doigt devant sa bouche alors que la Castafiore chante devant une caméra.

L'album « Les bijoux de la Castafiore » est la dernière adaptation radiophonique des Aventures de Tintin réalisée par France Culture.

Photo : YouTube / Tintin © Hergé / Moulinsart 2020 - Tous droits réservés

Radio-Canada

Envie d’écouter le capitaine Haddock jurer dans vos oreilles? C’est maintenant possible grâce à la station de radio France Culture, qui a adapté cinq albums de Tintin en format radiophonique.

Le temple du soleil, Les 7 boules de cristal, Le lotus bleu, Les cigares du pharaon et Les bijoux de la Castafiore peuvent ainsi être écoutés en balado ou sur le site de France Culture (Nouvelle fenêtre).

Chaque album se décline en cinq épisodes d’un peu plus de 20 minutes.

Selon Benjamin Abitan, la réalisation de chacune de ces adaptations, qui rappelle l’âge d’or des radioromans, transpose certaines particularités propres à l'œuvre d’Hergé.

Hergé a inventé la ligne claire, cette manière de dessiner qui se concentre sur ce qui est nécessaire et suffisant pour faire exister les choses. On essaie d’être dans une ligne claire radiophonique : on enlève tout ce qui ne sert pas dans l’image sonore, et on garde le minimum nécessaire et suffisant.

Benjamin Abitan, réalisateur

Malgré un format plutôt minimaliste, la production de ces radioromans mobilise d’importantes ressources.

Benjamin Abitan, qui réalise l’adaptation des bandes dessinées en fictions audiophoniques pour France Culture, indique que son équipe est composée entre autres d’une bruiteuse, de preneurs de son, d’acteurs et actrices et d’un orchestre. On travaille [en studio] avec la bande dessinée ouverte devant nous, en essayant de traduire les cadres d’Hergé dans l’image stéréophonique, explique-t-il.

Afin de donner un maximum de réalisme à l'œuvre, les interprètes recréent physiquement chaque scène. Ce n’est pas juste des gens assis autour d’une table qui lisent le texte; ils sont dans un espace et sont corporellement engagés, ils investissent l’espace pour faire exister vraiment les situations, précise le réalisateur.

Pour l’adaptation des Bijoux de la Castafiore, une panne de courant a même été reproduite en studio. On a coupé l’électricité pour que les comédiens se retrouvent dans le noir. Il n’y a que comme ça qu’on a eu ce sentiment de gens pris dans le noir, dit Benjamin Abitan.

Avec les informations d’Annie Desrochers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !