•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La carte de hockey recrue d’Alexis Lafrenière fait courir les collectionneurs

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un paquet de carte Upper Deck 2020-2021

Le reportage de Jean-Philippe Martin

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

La sortie de la série de cartes de hockey Upper Deck contenant la carte recrue d’Alexis Lafrenière déclenche un engouement sans précédent chez les collectionneurs québécois. La chaîne de boutiques Imaginaire propose même à ses clients qui déballeraient la version la plus rare de la carte de la racheter sur-le-champ au coût de 10 000 $.

Ils étaient plusieurs dizaines de clients mercredi matin à attendre devant la porte d’Imaginaire, à Laurier Québec, avant même l’ouverture de la boutique. D’autres avaient réservé d’avance leur paquet à 6 $ ou une caisse de 24 paquets à 138 $ de la nouvelle série 1 d’Upper Deck.

C’est la série avec la première carte d’Alexis Lafrenière avec les Rangers, donc c’est la série qui va marquer l’histoire, explique l'un des copropriétaires d’Imaginaire, Anthony Doyon. Surtout si le premier choix du dernier repêchage de la LNH devient un joueur de la trempe de Sidney Crosby ou de Connor McDavid.

Habituellement, un joueur doit avoir disputé au moins un match dans la LNH avant d’avoir sa carte recrue. L’Association des joueurs de la LNH a accordé une exception à Upper Deck dans le cas Lafrenière en raison du début de saison retardé.

Alexis Lafrenière place une casquette sur sa tête.

Alexis Lafrenière (centre) après avoir été repêché au tout premier rang, en octobre, par les Rangers de New York

Photo : Getty Images / Mike Stobe

Parmi les millions de paquets distribués à travers le monde à compter de mercredi matin, seulement 10 contiennent une carte recrue particulière, de la série High Gloss, de l’ex-attaquant vedette de l’Océanic de Rimouski. C’est cette dernière carte qu’Anthony Doyon propose de racheter pour 10 000 $ si jamais l'un de ses clients la déballe.

Des cartes valant des millions de dollars

L'offre, inspirée d'une boutique de Vancouver, n’a pas que pour but de mousser les ventes. C’est un gros prix, mais on pense que c’est une carte qui pourrait prendre beaucoup de valeur avec les années, donc c’est un bel investissement à long terme.

Dans les dernières années, des cartes recrues de Lebron James, au basketball, et de Mike Trout, au baseball, se sont vendues plus de 3 millions de dollars. Il y a une carte recrue de Wayne Gretzky qui, on pense, va se vendre au-dessus d’un million le mois prochain, ajoute le copropriétaire d'Imaginaire.

Les nombreux clients présents mercredi matin disaient d’ailleurs vouloir garder leur carte d’Alexis Lafrenière s’ils la déballaient. C’est un peu spécial parce c’est un Québécois. C’est nos racines, explique Arnaud Larue, collectionneur depuis cinq ans.

Même la carte recrue normale de l’ailier gauche québécois, que l’on retrouve une fois par 200 paquets, est déjà évaluée à plus de 300 $, sait toutefois Arnaud Larue.

Un homme regarde des cartes de hockey derrière le comptoir.

Yannick Godbout, employé d’Imaginaire, à la recherche de la carte tant convoitée : celle du Québécois Alexis Lafrenière

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Collectionner en temps de pandémie

Employé d'Imaginaire depuis 20 ans et lui-même collectionneur, Yannick Godbout parle d’une tempête parfaite pour expliquer l’engouement pour les cartes de hockey cet automne.

Évidemment, le début de carrière d’Alexis Lafrenière, un petit gars de chez nous, y est pour quelque chose. Mais le phénomène a commencé depuis plusieurs mois dans différents sports.

Le marché de la carte de sport sur la planète depuis le début de la pandémie de COVID-19, c’est inexplicable. Ça fait 20 ans que je suis dans le domaine et personne n’aurait pu prédire ça.

Yannick Godbout, employé de longue date d'Imaginaire

Il avance tout de même que les dépenses pour les loisirs en baisse et le surplus de temps libre y sont probablement pour quelque chose.

Les gens qui collectionnaient déjà se sont mis à collectionner plus. Les gens qui avaient arrêté ont recommencé, ajoute-t-il. Passe-temps pour certains, investissement pour d’autres, collectionner les cartes de hockey a la cote cette année.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !