•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Espace Abitibi-Est crée une vidéo pour enseigner aux enfants leurs différents droits

Le dessin animé montre des enfants à leur bureau dans une salle de classe. Le personnage principal, Alex, lève les mains et semble se questionner.

La vidéo s'adresse différemment aux enfants en période de pandémie.

Photo : Capture d'écran d'« Alex et les droits des enfants »

L’organisme Espace Abitibi-Est profite de la Journée nationale des enfants pour dévoiler cette semaine une vidéo visant à informer les enfants de l’importance de bien connaître leurs droits.

La vidéo Alex et les droits des enfants a été imaginée et écrite par l’équipe d’Espace Abitibi-Est au cours des derniers mois.

D’une durée de trois minutes, elle illustre les différents droits des enfants, que ce soit celui de manger, d’aller à l’école ou encore d’être protégé de la violence.

Coordonnatrice au programme d’Espace Abitibi-Est, Audrey Petit estime que les enfants qui connaissent bien leurs droits sont moins vulnérables face à la violence.

Le premier facteur qui les rend vulnérables, c’est le manque d’information, précise-t-elle. De connaître leurs droits, ça leur permet de dire non, de mettre des limites et d’établir des stratégies pour que la situation arrête. On sait qu’en leur présentant ça de façon ludique, c’est un message qui passe bien.

Le dessin animé montre trois intervenants d'Espace Abitibi-Est dans une salle de classe qui parlent de la Journée nationale des enfants, le 20 novembre.

La vidéo a été réalisée en collaboration avec l'illustrateur Jean-Philippe Marcotte.

Photo : Capture d'écran d'« Alex et les droits des enfants »

Espace Abitibi-Est fera la promotion de cette vidéo et d’un cahier d’activités qui l’accompagne auprès de toutes les directions d’écoles primaires et des CPE de la région. L’objectif est que ces milieux puissent compenser les ateliers qui ne peuvent pas être offerts cet hiver par Espace, en raison des mesures sanitaires.

On avait de l’inquiétude avec l’annulation de nos ateliers et c’est pour cette raison qu’on a voulu innover en partant ce projet, souligne Audrey Petit. On sait que quand on visite un milieu, il y a une augmentation des signalements après. Notre travail fait une différence et la Direction de la protection de la jeunesse nous l’a confirmé. C’est assez essentiel de rejoindre les enfants et la réponse des écoles et des CPE à notre projet est très bonne.

La vidéo est aussi accessible à tous les parents sur la page Facebook de l’organisme, afin de pouvoir la visionner en famille à la maison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !