•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Un cauchemar » : un port en Nouvelle-Écosse enfin débarrassé d’un navire de la Marine

L'ancien NCSM Cormorant a coulé à Bridgewater en 2015.

L'ancien NCSM Cormorant a coulé à Bridgewater en 2015 (archives).

Photo : Radio-Canada / CBC/Molly Segal

Radio-Canada

L’épave d’un ancien navire de la Marine canadienne a finalement été remorquée hors du port de Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, mercredi. Le navire, qui représentait un risque pour l’environnement, avait été abandonné il y a 20 ans.

L’ancien NCSM Cormorant, déclassé par la Marine en 1997, était amarré depuis 2000 au port de Brigewater. Le bateau, qui est sous la responsabilité de la Garde côtière canadienne, a partiellement coulé en 2015. Le nettoyage des dégâts avait coûté au moins un million de dollars.

Au son de la cornemuse, l’ancien NCSM Cormorant a été tiré sur la rivière LaHave et a pris la direction de l’océan Atlantique, mercredi. Il sera transporté jusqu’à Sheet Harbour et sera démantelé.

L’opération de retrait du navire abandonné coûtera 1,8 million de dollars aux contribuables.

L'épave d'un navire en piteux état est remorquée par deux bateaux.

Le remorquage du Cormorant le 18 novembre 2020 sur la rivière LaHave, à Bridgewater en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Paul Palmeter

Selon la Garde côtière, le Cormorant mesure 74,7 m de long, 11,9 m de large et pèse 2350 longues tonnes.

Je ne suis pas triste de le voir partir, a lancé Rick Welsford, le président du port de Bridgewater. C’était bien plus qu’un problème. C’était un cauchemar.

Contamination de l'eau

Une évaluation préparée pour la Garde côtière canadienne en 2019 qualifiait le Cormorant de menace grave et immédiate de pollution pour la rivière LaHave.

Le navire âgé de 57 ans contient 6500 litres de carburant, 8500 litres d’eau contaminée par du carburant, et 116 000 litres supplémentaires d’eau dont la teneur n’a pas été analysée, mais qui est soupçonnée d’être contaminée jusqu’à preuve du contraire.

C’est la compagnie RJ MacIsaac Construction, d’Antigonish en Nouvelle-Écosse, qui a obtenu du gouvernement fédéral le contrat pour les opérations de retrait de l’épave de Bridgewater.

Cette entreprise a déjà de l’expérience en la matière, ayant procédé en 2017 au retrait, attendu pendant des années, de l’épave du Farley Mowat, à Shelburne en Nouvelle-Écosse.

Selon Rick Welsford, la conclusion de cette longue saga est un peu désolante. Il croit que le navire aurait pu être décontaminé, puis coulé pour devenir un récif artificiel.

Il serait plus approprié qu’un ancien bateau de plongée de la Marine canadienne devienne un récif artificiel, plutôt que d’être brisé en petits morceaux le long de la côte est de la Nouvelle-Écosse, a dit le président de l’autorité portuaire locale.

Les épaves abandonnées sont source de pollution et de multiples problèmes pour des communautés côtières, en particulier en Nouvelle-Écosse.

Le gouvernement fédéral a adopté la Loi sur les épaves et les bâtiments abandonnés ou dangereux, entrée en vigueur en juillet 2019.

D’après le reportage de Paul Palmeter, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !