•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Gros plan du docteur Anthony Fauci qui a l'index de la main gauche levé.

Le Dr Anthony Fauci est directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses.

Photo : Associated Press / Graeme Jennings

Radio-Canada

L’un des plus éminents infectiologues du monde, Anthony Fauci, avance qu’en dépit des succès initiaux enregistrés au Canada dans la lutte contre la pandémie, le pays fait face à une dégradation de la situation et il estime que les citoyens doivent redoubler d’efforts dans l’application des mesures sanitaires.

Bien que le développement de deux vaccins efficaces contre la COVID-19 pointe à l’horizon, le docteur américain Anthony Fauci dit qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, dans une entrevue accordée à CBC News.

La planète entière est en difficulté en ce moment, affirme M. Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) des États-Unis. Pratiquement tous les pays se retrouvent dans la même situation; il y a très peu d’exceptions.

La contamination communautaire en cause

Quand on regarde le nombre de nouvelles infections au sein de l’Union européenne, on constate qu’ils ont perdu la maîtrise de la situation, avance-t-il. Le Canada, qui s’en sortait supposément si bien, se dirige vers une situation difficile en raison de l’importance de la propagation communautaire.

Du personnel médical travaille dans une clinique de dépistage du centre-ville de Montréal.

Au moins 300 cas de contamination communautaire ont été signalés à Montréal.

Photo : Ivanoh Demers

M. Fauci explique que le virus se propage en premier lieu à l’intérieur même des domiciles. De petits groupes de personnes s’infectent mutuellement alors que certains ignorent même qu’ils sont contaminés. Un cas de figure qu’il faut garder à l’esprit à l’approche des Fêtes et des mois les plus froids de l’année.

Si vous testez seulement les gens symptomatiques, vous allez échapper une partie importante de la propagation de l’infection au sein de la communauté.

Anthony Fauci

Nous devons être en mesure de faire passer un test de dépistage à un large pan de la population afin de détecter les propagateurs asymptomatiques du virus, a-t-il déclaré au téléphone depuis Washington, D.C.

Surpris de la rapidité des résultats

M. Fauci, qui a conseillé six présidents américains et qui dirige le NIAID depuis près de quatre décennies, confie qu’il a été surpris par la rapidité des résultats de recherches de Pfizer et Moderna, qui montrent des taux d’efficacité du vaccin de plus de 90 %. Mais il est trop tôt pour se réjouir, prévient-il.

J’aurais été très heureux d’un taux d’efficacité des vaccins de 75 %. J’espérais que le taux soit supérieur à ça… mais franchement, je ne m’y attendais pas.

Anthony Fauci

C’est extraordinaire d’avoir deux vaccins – issus d’une nouvelle plateforme qui n’a jamais été utilisée auparavant dans le développement d’un vaccin homologué – et d’avoir, en plus, un taux d’efficacité aussi élevé, confie le docteur Fauci.

Bien qu’on ignore toujours si les vaccins procureront une immunité à long terme contre la COVID-19, le fait que le vaccin de Moderna ait prémuni les participants contre d’autres maladies sévères au cours de la phase 3 des recherches est étonnamment impressionnant, selon le docteur américain.

Cap sur l'homologation

La prochaine étape est de faire homologuer le vaccin par l’Agence américaine d’inspection des aliments et des médicaments (FDA) et d’en faire profiter les personnes qui en ont le plus besoin, poursuit M. Fauci. Il croit que les premiers qui devraient être vaccinés sont les travailleurs de première ligne de la santé, les travailleurs des services essentiels et les personnes présentant des conditions médicales les rendant plus vulnérables.

Le docteur Fauci juge que la vaccination pourra commencer à la fin du mois de décembre. Il estime que l’ensemble de la population pourrait se faire vacciner à compter du milieu de l’année prochaine.

Il exhorte toutefois les pays à ne pas abandonner les mesures sanitaires, à ne pas baisser la garde.

Ce serait un désastre. Le vaccin, c’est comme si on entendait les secours sont en route.

Le docteur Anthony Fauci

J’espère que [les vaccins] encourageront les gens à renforcer les mesures sanitaires classiques comme porter un masque, éviter les foules, respecter la distanciation sociale, améliorer la ventilation et se laver les mains fréquemment, ajoute le docteur Fauci.

Ce sont de petites choses très simples qui peuvent grandement contribuer à amortir la flambée des éclosions que nous constatons présentement.

En ce qui concerne les mesures sanitaires aux États-Unis, M. Fauci invite les politiciens et les responsables de la santé publique locaux à intervenir dans leur milieu afin de combattre la propagation du virus. Il estime qu’un confinement national ne fonctionnerait pas dans son pays en raison de la réticence de la population américaine, mais aussi du manque de volonté politique du président Donald Trump.

Les yeux mi-clos, Donald Trump regarde le Dr Anthony Fauci, qui a le bras levé, au cours d'une conférence de presse

Le président Trump et le Dr Fauci au cours d'une conférence de presse, en mars dernier.

Photo : Reuters / JONATHAN ERNST

Il croit que les gouverneurs, les maires et les leaders communautaires devraient agir dans leur juridiction afin d’inciter leur population à se confiner. Les chances de réussite sont meilleures et la stratégie serait payante, selon lui.

Convaincre les sceptiques

Le développement d’un vaccin efficace et sécuritaire ne suffit pas, selon le docteur Fauci, parce qu’il faut convaincre la grande majorité de la population de se faire vacciner, ce qui pourrait s’avérer un défi, spécialement aux États-Unis.

Il y a un fort courant de scepticisme à l’égard de la science et de la vaccination au pays de la part de personnes qui ne sont pas convaincues de vouloir se faire vacciner.

Anthony Fauci

Heureusement, le taux d’efficacité [du vaccin contre la COVID-19] pourrait amener la frange des sceptiques les moins radicaux à se faire vacciner, conclut-il en précisant de ne pas baisser la garde et de maintenir les mesures sanitaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !