•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La technologie 5G fera son apparition dans le cœur de Montréal en 2021

Des tours de bureaux dans le centre-ville de Montréal.

Environ 200 antennes de la technologie 5G seront déployées notamment dans le centre-ville de Montréal à partir de 2021.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

En vertu d'une entente entre les compagnies de télécommunications et la Ville de Montréal, 200 antennes de la nouvelle technologie 5G seront installées dans une zone de 4,1 kilomètres carrés dans le cœur de la ville à partir de 2021.

Le conseil municipal a approuvé, mardi, un règlement autorisant l'occupation du domaine public aux fins de l'exploitation de réseaux de télécommunication 5G. Cette technologie permettra de transmettre des données plus rapidement et de prendre en charge des objets connectés.

C'est la première entente du genre à survenir entre une ville et les compagnies de télécommunications au pays, explique François Croteau, responsable des dossiers de la ville intelligente au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Les entreprises Beanfield Technologies, Bell Mobilité, Rogers Communications Canada, Telus Communications et Vidéotron pourront installer des antennes sur le mobilier urbain – par exemple, les poteaux sur lesquels les feux de circulation et les luminaires de rue sont installés.

La zone préliminaire de déploiement de la technologie 5G s'étend sur une superficie de 4,1 kilomètres carrés. Elle est délimitée par la rue Sherbrooke, au nord, la rue Saint-Laurent, à l'est, les rues Bridge et Mills, au sud, ainsi que les rues Guy et Richmond, à l'ouest.

Le projet de règlement prévoit que l'entente, d'une durée de 10 ans, peut être renouvelée pour deux périodes additionnelles de 5 ans chacune. Toutefois, on rappelle dans le sommaire décisionnel que si une entente devait être conclue pour l'ensemble du territoire de la Ville de Montréal, celle-ci aurait préséance sur le règlement.

Il n'y a pas de contrepartie financière à cette entente de partenariat, puisqu'elle est à coût nul, indique le sommaire décisionnel. La Ville ne contribue pas à la mise en place de la technologie 5G, indique-t-on.

En vertu de l'entente, les compagnies de télécommunications s'engagent à partager une portion du service de la zone préliminaire de déploiement 5G avec la Ville et des tierces parties. Par exemple, pour permettre à la Ville de tester des véhicules connectés, pour permettre à des entreprises en phase de démarrage de mettre au point des applications innovantes ou pour soutenir les universités dans le cadre de projets de recherche.

Malgré cette entente, plusieurs entreprises ont déjà commencé à installer des antennes 5G ailleurs sur le territoire, car la réglementation fédérale le permet.

Nous aurions souhaité, comme certaines villes européennes, de pouvoir déterminer la manière dont le 5G allait se déployer sur notre territoire. Malheureusement, ça n'a pas été accepté. C'est pour ça qu'on a travaillé sur ce projet pilote, indique François Croteau.

Mais ce règlement est décrié par des opposants. C'est vraiment inacceptable au plan du respect des droits humains d'imposer ça à la population, soutient Jean Hudon, membre du comité organisateur de la campagne « Stoppons la 5G », qui réclame un moratoire.

À terme, on devrait compter environ 60 000 antennes 5G sur le territoire montréalais.

Avec les informations de Mathieu Prost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !