•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Petits commerces fermés, grandes enseignes ouvertes : l'incompréhension règne

Une affiche indiquant fermé sur la porte d'un commerce.

Les commerces non essentiels ne peuvent plus accueillir de clients au Manitoba où le code rouge est en vigueur.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au Manitoba, les petits commerces non essentiels doivent fermer leurs portes au public, car tout le territoire est en code rouge. Pour leur part, les magasins des grandes chaînes peuvent continuer à accueillir des clients puisqu'ils vendent, entre autres, des produits considérés comme essentiels.

Gérald Boily, propriétaire de la librairie À la page, située dans le quartier de Saint-Boniface, a dû fermer boutique.

« Mon petit commerce n’est pas un foyer de contamination. En période normale, si j'ai deux ou trois personnes dans mon magasin qui a 2000 pieds carrés, c'est déjà beau. »

— Une citation de  Gérald Boily, propriétaire, À la page

À quelques kilomètres de là, dans le quartier de la Bourse, le magasin de jouets Toad Hall Toys, est lui aussi fermé. Depuis, ses ventes en ligne ont explosé. La propriétaire, Kari England, se réjouit du soutien de sa communauté.

Seule incertitude : le temps que durera cette tendance. Elle espère que les Manitobains sauront faire la différence.

« Il faut penser local! De nombreux commerces locaux sont présents en ligne…Partez à la découverte de votre ville! Trouvez les choses merveilleuses qui s’y trouvent!  »

— Une citation de  Kari England, Toad Hall Toys

Selon elle, même si magasiner en ligne peut être difficile pour certains, il ne faut pas oublier qu’il y a toujours des commerçants prêts à les aiguiller.

C’est d’ailleurs ce que fait Gérald Boily depuis la fermeture de sa librairie. Son quotidien se résume aujourd’hui à la réception des commandes et à la préparation de celles des clients.

« C’est triste que je doive fermer comme ça, juste avant Noël, mais c'est la réalité qui s'impose, j'imagine, »

— Une citation de  Gérald Boily, propriétaire, À la page

Cette réalité ne s’impose pas à tous. Ailleurs dans Winnipeg, les stationnements des magasins à grande surface sont bondés.

Les grandes chaînes prises d’assaut

Les magasins Walmart, Toys’R’Us ou encore Best Buy peuvent rester ouverts.

Ces commerces, définis comme essentiels, peuvent continuer à accueillir des clients même s’ils ne vendent pas que des produits considérés comme essentiels.

Une situation qui suscite beaucoup d’incompréhension et de mécontentement.

C'est un peu inégal de laisser les grandes surfaces fonctionner parce qu'elles ont une section d'alimentation, commente le propriétaire de la librairie À la page, qui dit cependant comprendre les ordonnances de santé publique.

« Peut-être que je devrais vendre un peu de pain au comptoir pour me qualifier. »

— Une citation de  Gérald Boily, propriétaire, À la page

Interrogé sur ce point lors d’une conférence de presse, le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Brent Roussin, a affirmé ne pas faire de favoritisme.

Nous ne visons personne en particulier. Nous visons le virus. Et le virus se propage grâce à de longs contacts à l’intérieur, s’est-il justifié.

Le Dr Roussin reconnaît toutefois qu'il faut revoir les critères en ce qui concerne les commerces essentiels. Selon le médecin, les autorités s’y attellent en ce moment. De nouvelles annonces pourraient donc avoir lieu dans les prochains jours.

Avec les informations de Chloé Dioré de Périgny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !