•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regain d'intérêt pour les vols vers le sud chez les snowbirds

Un 737 de Boeing exploité par WestJet.

WestJet a récemment bonifié son offre de vols vers des destinations ensoleillées pour le mois de décembre.

Photo : Reuters / Ben Nelms

Avec plus de choix de vols et de forfait d'assurances, une vague tardive de vacanciers saisonniers s'envole vers le sud, et ce malgré la hausse sans précédent des cas de COVID-19 des deux côtés de la frontière canado-américaine et les recommandations des autorités de la santé.

Perry Cohen et sa femme doivent quitter Toronto pour s'envoler vers la Floride le 5 décembre prochain. Nous avons vraiment hâte de partir, surtout avec la température qui baisse, lance-t-il. Le couple de snowbirds a réservé son billet plus tard que d’habitude cette année, soucieux de bien s’informer sur les risques de la COVID-19 et d’adapter ses plans en conséquence.

Les Cohen vont porter masques et lunettes de protection lors de leur déplacement, et une fois dans leur condo en Floride, ils ont confiance qu’ils seront tout autant en sécurité, sinon plus, qu’au Canada.

On va être au chaud, on va pratiquer la distanciation, et tout devrait bien se passer.

Perry Cohen

Il sait que le gouvernement canadien recommande officiellement à tous les citoyens d’éviter les voyages non essentiels, mais il avoue ne pas trop s’en faire à ce sujet. Je pense que [les autorités] savent que c’est assez sécuritaire si on fait tout ce que l’on doit faire. Ça ne doit pas trop les déranger si on va du point A au point B et on suit les règles. C’est de conduire aux alentours avec sa voiture [qui est dangereux], croit-il.

Le Canada déconseille toujours les voyages non essentiels

La frontière canado-américaine est toujours fermée. Le gouvernement maintient sa recommandation d’éviter les voyages aériens et terrestres, au moins jusqu'au 21 novembre. Le 1er octobre, Affaires mondiales Canada a publié un second avertissement qui vise particulièrement les voyageurs âgés, soulignant qu’ils constituent une proportion croissante des ressortissants canadiens.

Si vous êtes un voyageur plus âgé, vous pouvez être immunodéprimé ou souffrir de problèmes de santé chroniques [...] En choisissant de rester chez vous au Canada, vous pouvez vous protéger, vous, votre famille et les personnes à risque.

Affaires mondiales Canada

Des compagnies d’assurance augmentent leur offre

Le nombre de cas de COVID-19 aux États-Unis et au Canada dépasse maintenant de loin ce qui a été vu au printemps. Pourtant, Martin Firestone, le président de Travel Secure, une agence de voyages spécialisée dans les assurances, a été surpris de voir une vague de snowbirds faire appel à lui au cours des dernières semaines. D’habitude ils partent tous en octobre et reviennent en avril, mais il y [en] avait très peu jusqu’à ce que les compagnies d’assurance commencent à offrir de les couvrir, dit-il.

Il explique qu’en mars, aucune compagnie ne voulait assurer un voyageur déclaré positif pour le coronavirus. Puis, au cours de l’été, des compagnies aériennes ont commencé à offrir une couverture gratuite, quoique limitée, pour certaines destinations. Vers la fin de l’automne, de multiples compagnies d’assurance, incluant la Croix Bleue, Tour+Med et Manulife ont commencé à offrir des couvertures beaucoup plus complètes pour la COVID-19. Martin Firestone, qui était prêt à faire une croix sur la saison estime maintenant qu’environ 30 % de ses clients habituels sont prêts à partir, et cela même s’il les avertit des risques.

Je ne crois pas que ce soit la bonne décision, mais s’ils veulent [ce service], je leur vends.

Martin Firestone, président, Travel Secure

Des entreprises qui encouragent les déplacements

Le 16 novembre, la compagnie aérienne WestJet a mis à jour son horaire de vols de décembre, pour offrir jusqu’à 55 vols quotidiens vers des destinations ensoleillées dans les Caraïbes, aux États-Unis et au Mexique.

Dans un courriel à Radio-Canada, Air Canada dit avoir remarqué un certain regain d'intérêt pour les voyages, depuis qu’elle a commencé à offrir une police d'assurance pour la COVID-19 à la fin du mois d’août. Elle n’a pas voulu quantifier ce regain, parce qu’il s’agit d’une information de nature commerciale que Air Canada ne dévoile pas.

Martin Firestone critique l’attitude de ces compagnies qui offrent des assurances et augmentent leurs vols pour encourager plus de voyageurs à partir, alors que les autorités sanitaires cherchent à les en décourager. Il croit que même avec de meilleures assurances, les snowbirds qui s’apprêtent à s’envoler courent plus de risques qu’ils ne veulent le croire.

Je pense que s’ils rentraient dans un hôpital en Floride maintenant, ils seraient très surpris de voir qu’il n’y a pas de place pour les Canadiens [...] et ils croient peut-être qu’ils vont sauter dans un avion et rentrer à la maison, mais je ne pense pas que le gouvernement canadien va avoir bien envie de mettre quelqu’un qui a peut-être la COVID sur un vol commercial pour le ramener, dit-il.

Avec des informations de Sophia Harris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !