•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès d’Alek Minassian : la plaidoirie de l’autisme dénoncée par des experts

Un croquis de cour montre un homme.

Alek Minassian durant son procès, ouvert le 10 novembre. Celui-ci se déroule virtuellement.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies/CBC News

Radio-Canada

Autisme Canada réfute l’association entre les troubles autistiques et la psychose présentée à la cour par la défense de l’homme accusé d’être l’auteur de l’attaque meurtrière au camion-bélier en 2018 à Toronto. L’organisme s’inquiète de potentielles répercussions sur la perception du public envers les personnes autistes.

L’attentat a fait 10 morts et 16 blessés parmi des piétons dans le nord de Toronto.

Dans un communiqué publié mardi, l’organisme de soutien aux personnes qui vivent avec des troubles du spectre autistique (TSA) s’en prend aux affirmations choquantes provenant d’un expert de la défense.

Ce dernier, le Dr Alexander Westphal, a récemment interrogé l’accusé par vidéo, et il attribue ses agissements à sa manière autistique de penser, sévèrement déformée et semblable à la psychose.

Pour Autisme Canada, ces allégations sont totalement infondées, spéculatives et faites sans aucune preuve publiée indiquant que l'autisme, en soi, est un facteur de risque de devenir violent envers d'autres personnes.

« Pas de psychose dans les troubles autistiques », selon l’organisme

Il n'y a pas de psychose dans les TSA et pas plus de tendances aux comportements antisociaux que dans la population générale, déclare dans le communiqué le Dr Peter Szatmari, chef de service au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto.

Citant des publications scientifiques sur le sujet, Autisme Canada met en avant le fait que la présence d’autisme chez des personnes diagnostiquées avec un TDAH (trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité) ou un trouble de comportement avait tendance à réduire le risque de crime violent.

Le président du conseil d’Autisme Canada, Dermot Cleary, indique par ailleurs que l’organisme demandera une copie du rapport écrit du Dr Westphal, si ce dernier est déposé en preuve. Le cas échéant, il apportera une réponse plus précise sur le sujet.

D’ici là, M. Cleary demande que toutes les parties soient conscientes du potentiel de perceptions injustifiées et négatives qui peuvent avoir des répercussions sur plus d'un demi-million de Canadiens atteints de TSA.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !