•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Isabelle Racicot signe le projet le plus personnel de sa carrière

Une femme assise dans une estrade regarde l'objectif en esquissant un léger sourire.

L'animatrice Isabelle Racicot.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Dans le contexte du mouvement Black Lives Matter, l'animatrice Isabelle Racicot s'est posé une question fort intime : elle-même, figure connue des médias, appréciée du public, pourrait-elle utiliser sa tribune pour en faire plus? C'est sur cette prémisse qu'est né le documentaire Pour mes fils, mon silence est impossible.

Mon père était avocat, j'ai grandi au sein d'une famille aisée et multiethnique, j'ai fréquenté les meilleures écoles. Bref, j'avoue, je suis Noire et privilégiée! Je n'étais pas ignorante face au racisme, mais à bien des occasions [où j'aurais pu intervenir face au racisme], j'ai choisi de garder le silence, a-t-elle affirmé en entrevue avec La Presse canadienne.

Elle confie avoir refusé de croire, pendant un moment, à certaines situations d’injustice basées sur sa couleur de peau qui lui étaient relevées par son conjoint.

Elle se dit portée par le souffle de ses fils, qui ont commencé à la questionner sur l’éventualité d’être victime d’inégalités.

L’animatrice affirme que la mère en elle a eu besoin de se lever et de poser un geste concret.

Pour ce documentaire, elle est allée à la rencontre de personnes-clés qui, si elles n'ont pas toutes les réponses, posent les bonnes questions. Réalisé par Christian Lalumière, le film aborde le racisme de manière personnelle – les premières images sont tournées dans la cuisine chez Isabelle, permettant au public d’être témoin, notamment, de l'humour pince-sans-rire de son plus jeune fils.

Isabelle Racicot discute ainsi avec des amies, des spécialistes ainsi que des militants et militantes de tous horizons.

Elle rencontre notamment Fady Dagher, qui dirige le Service de police de l’agglomération de Longueuil. Ce dernier révèle notamment que 120 agents, parmi les 300 sous ses ordres, se sont portés volontaires pour retirer armes et uniformes, puis se rendre auprès de familles dont les membres sont susceptibles d'être victimes de profilage. L’animatrice y interpelle également les dirigeants et dirigeantes d’entreprises québécoises : les entreprises ne gagneraient-elles pas en richesse et en savoir-faire si elles étaient composées d'effectifs plus diversifiés?

Cette quête empreinte de sensibilité et de lucidité sera diffusée sur les ondes d’ICI TÉLÉ le lundi 23 novembre à 21 h. Une diffusion aura lieu en simultané sur ICI PREMIÈRE.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !