•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Évitez les rassemblements », exhorte la santé publique de la Côte-Nord 

Une infirmière tient un écouvillon.

Le CISSS de la Côte-Nord souhaite freiner la montée des cas de COVID-19 dans la région.

Photo : AFP / Philippe Lopez

Félix Lebel

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord demande à la population d’éviter les rassemblements, face à une augmentation rapide des cas de COVID-19, notamment à Baie-Comeau où un employé du CHSLD N.-A.-Labrie a contracté le coronavirus.

C’est ce qu’a confirmé en point de presse mardi le médecin-conseil du CISSS de la Côte-Nord, Dr Richard Facheoun, en ajoutant que les autres membres du personnel ont été dépistés. L'employé en question n'a pas été en contact avec les résidents.

Les résultats des tests sont attendus prochainement.

Ce cas au CHSLD N.-A.-Labrie fait partie des quatre cas comptabilisés dans la région mardi.

Depuis samedi dernier, huit nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés sur le territoire nord-côtier, portant le total à 185 depuis le début de la pandémie.

Cette augmentation soudaine inquiète le directeur général par intérim de la santé publique de la Côte-Nord, Claude Lévesque, qui exhorte les citoyens à éviter les rassemblements intérieurs.

Franchement, la situation a de quoi être inquiétante. Il ne faut vraiment pas relâcher les mesures. On vient d’avoir une recrudescence et c’est très préoccupant, a-t-il expliqué en conférence de presse. Là on assure le contrôle, on a un bon travail de la santé publique, mais, en même temps, ça nous met sur le qui-vive de façon absolue.

Pas de barrages en vue

Malgré les demandes de plusieurs élus de la Côte-Nord de fermer l’accès à la région, le CISSS affirme que l’option est encore en analyse.

Il y a un groupe de travail qui réfléchit sur les mesures pour vraiment protéger la population. Parmi les options, oui, il y a la possibilité que la région soit fermée, mais, à cette étape-ci, la décision n’est pas encore prise, explique le Dr Richard Facheoun.

Quant au palier d’alerte, il devrait rester au jaune jusqu’à nouvel ordre. Le CISSS confirme toutefois que les deux prochaines semaines seront déterminantes et qu’une réévaluation du niveau d'alerte sera faite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !