•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Histoires de réclamations frauduleuses : l'assureur public économise 10 M$

Les bureaux de la Société d'assurance de la Saskatchewan.

L’assureur conseille d’ailleurs d’être « juste et honnête en faisant une réclamation » afin d'éviter les ennuis. (archives)

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

La Société d'assurances de la Saskatchewan (SGI) a économisé 10 millions de dollars grâce à des enquêtes réalisées sur des réclamations frauduleuses en 2019.

Les enquêteurs de SGI ont examiné 1234 allégations suspectes en 2019, économisant ainsi environ 10 millions de dollars en réclamations douteuses faites par des clients.

Parmi les réclamations les plus exagérées en 2019, l’une concernait un client qui avait déclaré le vol d’appareils électroménagers et les dommages réalisés sur le sol de la maison pendant le cambriolage.

Lors de l’enquête, les experts ont pris en photo de nouveaux appareils, remplacés par le client, selon ses propos. Ils ont cependant découvert d’autres photos, prises un an et demi avant de faire la réclamation, qui montraient les mêmes électroménagers déclarés volés, ainsi que des dommages au sol, antérieurs au prétendu vol. La réclamation d'une valeur de plus de 228 000 $ a été rejetée.

La réclamation d’un client déjouée par son propre véhicule

La SGI rappelle également que les réclamations sur les véhicules sont parfois frauduleuses. Un client, qui réclamait 44 000 $, s’est vu refuser sa demande après que la base de données de son véhicule eut révélé la fraude.

Selon la réclamation, le client avait garé son véhicule dans une rue résidentielle avant d'entrer chez lui. Le lendemain, les vitres et les feux arrière du véhicule étaient brisés, et l'intérieur du véhicule complètement endommagé. Le client a déclaré avoir eu avec lui les deux clefs du véhicule une fois rentré chez lui.

Les enquêteurs ont vérifié les informations techniques téléchargées dans l’ordinateur de bord du véhicule, qui ont révélé qu'une des clefs du véhicule avait été utilisée pour accéder à l’intérieur du véhicule plusieurs heures après que le client fut supposément rentré chez lui. La réclamation a été rejetée.

Une marche de 12 kilomètres en une heure

Une autre réclamation douteuse a été déjouée par les enquêteurs, qui ont eu la puce à l’oreille grâce aux prouesses exceptionnelles décrites par la cliente dans sa réclamation.

La femme a déclaré avoir marché 12 kilomètres en une heure, après avoir été victime du vol de son véhicule, selon ses propos. Simultanément, la police a répondu à un incident concernant le véhicule de la cliente qui avait heurté un pont situé à 12 kilomètres de l'endroit où la femme a déclaré son véhicule volé.

La police a cependant trouvé la femme en état d’ébriété et pieds nus à quelques centaines de mètres de la collision, selon les informations fournies par l’assureur.

La plainte a été rejetée pour avoir fait une fausse déclaration. La cliente a perdu plus de 12 000 $ en dommages-intérêts.

Une réclamation d'assurance frauduleuse peut conduire à un refus de couverture, mais a également des implications futures en matière d'assurance et pourrait même entraîner des accusations criminelles , précise l’assureur dans un communiqué de presse envoyé lundi.

L’assureur conseille d’ailleurs d’être juste et honnête lorsqu'on fait une réclamation afin d'éviter les ennuis.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !