•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Legault promet des directives claires sur le temps des Fêtes

Le premier ministre François Legault assis à la table de presse l'air de fixer quelqu'un.

Le premier ministre François Legault évoque une prolongation des vacances de Noël pour les élèves du primaire et du secondaire.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre François Legault a indiqué que les Québécois seront fixés dans les prochains jours sur les mesures sanitaires que le gouvernement compte mettre en place pour les Fêtes de fin d'année.

En attendant de faire de nouvelles annonces, une chose est sûre pour M. Legault : Il n’y aura pas de gros partys de 25, 50 personnes pendant la période des Fêtes.

Il a laissé entendre que les autorités envisageaient de plus en plus d'étirer les vacances scolaires de fin d'année, d'une ou deux semaines, pour les élèves du primaire et du secondaire, plutôt que de les devancer comme il l'avait déjà évoqué.

S’il y avait eu, et là ce n’est pas le cas, une augmentation importante [de cas confirmés avant Noël], il y aurait eu une urgence de poser des gestes [pour freiner la propagation]. Ça ne semble pas être le cas, a-t-il dit.

En prolongeant les vacances scolaires, le chef caquiste envisage davantage de mettre en place une espèce de quarantaine au lendemain des rassemblements familiaux de fin d’année, avant la reprise de l’école.

Les vacances des Fêtes, qui durent deux semaines en temps normal, pourraient ainsi s’étaler sur un mois cette année.

François Legault a précisé qu’il n’y aura pas de prestation de services de la part des enseignants pendant cette période de prolongation. En d’autres termes, il n’y aura pas de cours à distance.

La décision d’étirer les vacances concernera toutes les régions du Québec, peu importe le code de couleur qui leur est assigné. On va garder cela le plus simple possible, a indiqué le premier ministre.

Il évalue aussi la possibilité de maintenir les services de garde pendant une possible prolongation des vacances des Fêtes.

On tient compte aussi du fait que les parents vont retourner au travail [en janvier], il faudrait peut-être au moins que les garderies dans les écoles soient ouvertes pour aider ces parents, affirme-t-il.

M. Legault a souligné aussi qu’il tient compte de la réaction, entre autres, de la Fédération autonome de l'enseignement, qui a dit qu’il n’est pas question de prolonger [les classes] à la fin juin.

« On a une mission collective au cours des prochaines semaines. Si on veut se donner la chance de pouvoir voir le plus de familles possible pendant le temps des Fêtes, bien il faut faire des efforts d’ici Noël. […] Plus on va arriver vers la mi-décembre avec un bon contrôle, […] mieux on pourra ouvrir un petit peu les vannes. »

— Une citation de  François Legault
Horacio Arruda a les yeux baissés assis à la table de presse.

Le Dr Horacio Arruda est le directeur de santé publique du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un futur vaccin

Questionné sur le vaccin développé par la société Moderna qui, à la différence de celui de Pfizer, peut être conservé dans un réfrigérateur normal pendant 30 jours et jusqu'à six mois à -20 °Celsius, François Legault a dit que son gouvernement se préparait à toutes les possibilités.

Je veux que dès que le vaccin va être reçu, qu’on soit capables de le distribuer rapidement dans toutes les régions du Québec avec un ordre qui sera choisi par le gouvernement du Québec, a-t-il avisé.

Le Dr Horacio Arruda s’est dit content d’apprendre qu’un second candidat vaccin possédant un taux d’efficacité supérieur à 90 % est à portée de main.

Je pense que dans le contexte actuel de pandémie et de rareté du vaccin, faire la fine bouche entre un modèle ou un autre quand on a un effet à peu près similaire, on n’a pas ce moyen. […] On ne veut pas refuser des doses de vaccin qui permettraient de sauver la population, a-t-il dit.

Le Dr Arruda a rappelé l’existence d'une loi au Québec qui permet de rendre la vaccination obligatoire dans des situations exceptionnelles de crises sanitaires. Il a précisé que cette disposition légale n’a jamais été utilisée et que la possibilité d’y recourir est très, très, très faible.

Mais si c’était nécessaire, on a les moyens de le faire, a-t-il ajouté.

Pour l’administration du futur vaccin, la santé publique préconise une approche massive avec prise de rendez-vous au préalable afin d’éviter de longues files d’attente.

982 nouveaux cas et un bond des hospitalisations

Le bilan quotidien de nouveaux cas de COVID-19 est passé mardi sous la barre des 1000 pour la première fois depuis deux semaines aujourd'hui au Québec, avec 982 cas déclarés.

La dernière fois que la province enregistrait un bilan inférieur à 1000 cas, c'était le 3 novembre avec 871 infections.

En incluant les chiffres du jour, le total de cas déclarés dans la province s'élève désormais à 126 054.

Les autorités sanitaires font également état de 24 décès supplémentaires causés par la maladie, portant ainsi le total des décès à 6675.

La santé publique précise que seulement 5 de ces 24 décès sont survenus au cours des dernières 24 heures, ajoutant que 18 décès ont eu lieu entre le 10 et le 15 novembre et un autre est survenu avant le 10 novembre.

Hospitalisations en hausse

Le nombre d'hospitalisations a crû de 47 par rapport à la veille, avec un cumul de 638. De ce nombre, il y a 100 personnes traitées aux soins intensifs, ce qui représente une hausse de 13 par rapport à hier.

De plus, on a recensé 1150 personnes de plus qui sont actuellement rétablies de la maladie. Le nombre de cas actifs s'élève à 12 423.

Aussi, la santé publique fait état de 20 540 prélèvements effectués le 15 novembre sur tout le territoire québécois.

Lundi, le Québec comptait 1218 nouveaux cas de COVID-19 et 25 décès supplémentaires.

Le Canada a maintenant dépassé le cap des 300 000 cas de COVID-19. Le pays avait franchi la barre des 200 000 cas le 19 octobre.


COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !